Opération "Serrures carnivores" de Serge Brussolo

Opération "Serrures carnivores" de Serge Brussolo

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Kalie, le 4 novembre 2012 (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 47 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (31 441ème position).
Visites : 1 464 

Le casse du siècle

Ce roman très inventif a reçu le Grand Prix de la Science-fiction Française 1988. Dans ses livres de SF, Brussolo nous a souvent fait voyager dans des mondes aussi délirants qu’effrayants, des mondes pas si éloignés du notre que cela. Ici, la société paranoïaque qu’il décrit fait froid dans le dos. Comme tous les Brussolo de cette période, l’écriture est riche et très imagée. Dès les premières lignes, l’auteur se surpasse. On a l’impression qu’il veut battre un record : celui du plus grand nombre d’idées par page. En effet, elles fourmillent tout au long du récit jusqu'au mot FIN.

Ainsi, en quelques pages seulement on a droit :

- à des prêtres qui brandissent des bibles de fer pesant plus de vingt-cinq kilos (en dessous de seize kilos, un prêtre n’est pas respecté !). La pratique constante de la prière transforme ces prêcheurs en athlètes aux biceps hypertrophiés et les églises en salles de gymnastique…

- à des flics devenus de simples éclaireurs remplacés par les unités de justice autonome. Sorte d’hybride entre un char d’assaut et une pelleteuse, elles saisissent les délinquants et les déposent dans un caisson de justice, en réalité un four à chaleur variable suivant la faute (des cloques pour les délits mineurs à la crémation). Elles font office de police, tribunal et prison en réponse au désir sécuritaire de la population…

- à des super-criminels comme ce Armless, sans bras et le crâne rasé couvert d’une pellicule de cals, qui n’hésite pas à défoncer la vitrine d’une bijouterie à l'aide de sa tête pour attraper les bijoux avec sa bouche. Il charge les passants avec sa tête à la chair durcie par l’entrainement contre des sacs de sable. Et ce faisant, brise les os et colonnes vertébrales d’une dizaine de passants…

- au succès grandissant des scaphandres de protection urbaine qui permettent aux citoyens les plus peureux de vaquer sans peur dans le métro. De plus en plus à la mode (de nombreux modèles sont vantés dans les catalogues), ces carapaces à l’épreuve des balles et des explosions évitent à ceux qui les portent d’être à la merci d’une agression ou d’un attentat. Mais les néo-civilisés adeptes de la défense passive ne quittent quasiment plus leurs armures de plus en plus confortables et perfectionnées. Certains finissent par habiter dedans comme des tortues…

- à beaucoup d’autres merveilles scientifiques à double tranchant comme les crèmes « de sculpture anatomique » (un jour votre femme a une poitrine d’adolescente et le lendemain des mamelles hypertrophiées), les peintures anti-graffiti sur les wagons qui obligent les voyageurs à se vêtir de « blouses de transport » (au contact de ces parois auto-nettoyantes les enzymes incorporés au revêtement digèrent la couleur des habits !), les magazines protoplasmiques illustrés d’images constituées de bactéries colorées. Une fois ces BD vivantes (au goût sucré) arrivées à la date de péremption, il n’est pas rare de voir les enfants les dévorer…

Voilà pour le contexte, parlons un peu de l’histoire. On suit un flic viré, au bout du rouleau, qui est engagé par une compagnie d’assurance pour ausculter le système de sécurité d’une banque privée. Il décide de voler le magot et de quitter la ville pour rejoindre un des pays du tiers monde. En effet, ces pays encore préservés des effets pervers du modernisme font figure de paradis. Mais pour cela, l'ex-policier doit s'attaquer à des coffres-forts d’un nouveau genre. Des animaux de synthèse vivants (ressemblant à d’énormes crapauds), cannibales et bâtis comme de véritables machines de guerre. Pénétrer dans leur estomac relève du suicide...

Les derniers chapitres sont proprement hallucinants et dantesques.

C'est un bouquin tout simplement génial.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Opération Serrures carnivores [Texte imprimé] Serge Brussolo
    de Brussolo, Serge
    Fleuve noir / Anticipation
    ISBN : 9782265035584 ; 20 F ; 01/01/1987 ; 185 p. p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un peu décousu...

5 étoiles

Critique de Cecezi (Bourg-en-Bresse, Inscrit le 3 mars 2010, 37 ans) - 7 décembre 2017

Voici un petit roman bien écrit, comme nombre de ceux de cette période de l'auteur, avec des idées rocambolesques que la critique principale a rapporté avec brio. Ce qu'il me manque ? Un peu d'ampleur, un peu d'épaisseur, un peu de développement pour une intrigue on ne peut plus linéaire et réduite. Ce roman se laisse lire, mais pour moi l'on est loin de ce que le grand Serge a fait de plus abouti...

Forums: Opération "Serrures carnivores"

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Opération "Serrures carnivores" ".