La Nuit des Morts Vivants de John A. Russo, Vincent Pelletier (Traduction), George A. Romero (Autre)
(Night of the living dead)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par CC.RIDER, le 22 juin 2009 (Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 141ème position).
Visites : 2 268 

Gore, horrible, monstrueux

Venus fleurir la tombe de leur père, Barbara et Johnny se font surprendre par un mort-vivant qu’ils prennent tout d’abord pour le gardien du cimetière. Johnny est tué et immédiatement dévoré par la créature revenue d’outre-tombe. Barbara, complètement traumatisée, s’échappe et se réfugie dans une maison où se cache déjà Ben, un jeune noir qui va essayer de la protéger en abattant plusieurs morts-vivants à l’aide de la carabine Winchester qu’il a découverte sur place. Malgré les mesures de protection mises en place par Ben, les zombies, de plus en plus nombreux ; se regroupent avant de se lancer à l’assaut de cette demeure où d’autres personnes ont également trouvé refuge. Pendant ce temps, le shériff du comté et ses hommes, lancés dans une chasse aux morts-vivants de grande envergure, se rapprochent des lieux. Arriveront-ils à temps ?
Ecrit d’après le scénario du film-culte des seventies qui fut un succès mondial (114 000 dollars d’investissement pour 4 à 5 millions de bénéfice, un record dans l’histoire du cinéma) ce livre en a les défauts: personnages peu fouillés, description du milieu environnant plus que schématique et également les qualités du genre : suspens, effets cinéma, scènes gore qui sont plus impressionnantes à l’écran. Pourquoi un tel film et par la suite un tel livre ? George Romero, le coscénariste, l’explique très bien dans sa postface. Face à la concurrence et au succès du nouveau média que représentait à l’époque la télévision, il fallait frapper fort, très fort pour ramener le public dans les salles obscures. Quoi de mieux que le gore, le monstrueux, l’horreur. Mais il faut aussi rendre à César ce qui lui revient. Nos deux compères n’ont pas honte d’avouer qu’ils se sont inspirés de « Je suis une légende », le fameux bouquin de Richard Matheson. Max Brooks devrait dire qu’il a puisé son inspiration chez les trois précédents. Pour les amateurs.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les morts-vivants

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sympa, sans plus

6 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 47 ans) - 7 mars 2013

Contrairement au film, le livre n’a pas pris une ride.
L’histoire est d’une très grande simplicité et se déroule sur quelques heures. Les personnages semblent secondaires et ne sont là que pour mettre en valeur les véritables héros de l’œuvre, à savoir les zombies, ces anthropophages à l’insatiable appétit.

Les scènes gore bien écrites, représentent l’attrait principal de l’œuvre et comblent plus ou moins les attentes des fans.

Sympa, sans plus.

Chef d'oeuvre

9 étoiles

Critique de Windigo (, Inscrit le 11 octobre 2012, 36 ans) - 6 décembre 2012

J'ai adoré ce livre qui est un véritable chef-d'oeuvre, tant cinématographique que littéraire. L'histoire reprend celui de George Romero, le maître incontesté des films de zombies.

Seul point faible, Barbara, la personnage principale, ne réagit pas lorsque Ben lui parle, et il va même jusqu'à la frapper pour la faire réagir, et lorsqu'elle réagit, elle crie et est apeurée, mais qui ne le serait pas face à une horde de zombies affamés.

Si vous aimez les films de zombies, ce livre est pour vous.

bien

9 étoiles

Critique de Floreflo1 (, Inscrit le 30 mars 2011, 24 ans) - 5 juin 2012

ce livre se lit très facilement, il n'est pas très épais. Il se dévore en très peu de temps, et l'histoire est très prenante.
on est satisfait du début à la fin ! et on s'accroche aux personnages, mais malheureusement la mort des personnage rend triste...
c'est un livre à lire, il nous transporte facilement !

Début d'une collection

7 étoiles

Critique de Kalie (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 49 ans) - 31 mars 2012

Pour le premier numéro de la collection Gore, publié en avril 1985, Daniel Riche, son directeur, a choisi "La nuit des morts-vivants", la novélisation du film culte de G.A. Romero. Ce titre a permis de positionner la collection auprès des lecteurs français encore novices dans le genre.

Pour sa première couverture, l'illustrateur Dugévoy imposait son style immédiatement reconnaissable : des dessins gore, très colorés en hommage aux affiches des films d'horreur des années 60. Ces illustrations et le logo rouge vif des couvertures ont d'ailleurs contribué au succès de la collection.

Le livre n'apporte rien au film mais il contient toutes les scènes du chef-d'oeuvre de Romero (notamment sa fin immorale).

Forums: La Nuit des Morts Vivants

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Nuit des Morts Vivants".