Le moineau de Dieu de Mary Doria Russell

Le moineau de Dieu de Mary Doria Russell
( The sparrow)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Rincevent, le 2 septembre 2001 (Seynod, Inscrite le 1 mai 2001, 54 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (863ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 115  (depuis Novembre 2007)

un magnifique roman de science-fiction pour tous

"Terre, début du XXIème siècle. Un signal musical d'origine inconnue a été capté par une station de scientifiques. Commanditée par les Jésuites, une mission dirigée par le jeune Emilio Sandoz, tout à la fois prêtre et linguiste de haut niveau, part dans l'espace à la recherche des extra-terrestres.
Enfin de retour sur Terre, Emilio Sandoz - unique survivant de l'expédition - est traduit devant un tribunal chargé de sonder son âme et de le punir pour les horribles crimes dont on l'accuse." (Verso du livre)
Le livre raconte en simultané l'enquête réalisée par les jésuites auprès d'Emilio afin de savoir la vérité et l'historique de l'expédition, avec la découverte puis le voyage et enfin la rencontre avec les extra-terrestres.
Le livre est d'abord un régal par la qualité de son écriture; une fois le roman commencé, il est bien difficile de le lâcher avant la fin.
Ensuite, tout est extrêmement bien documenté et le mélange des genres entre aventure, science-fiction et religion fait merveille.
Tous les personnages sont très attachants et la description de leurs relations est faite toute en finesse et en humour.
Surtout, que le fait que cela soit un roman de science-fiction ne vous éloigne pas de ce grand roman; au contraire cela pourrait vous faire changer d'avis a ce sujet, certains romans de science-fiction sont des livres extraordinaires qui peuvent plaire à tous les lecteurs et lectrices.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quand le futurisme croise le génie !

9 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 63 ans) - 2 avril 2015

Un livre difficile à expliciter : SF et mysticisme se croisent allègrement. Une équipée de "bras cassés" et de réalistes- croyants ou non- se lancent, sous l'égide des Jésuites, dans la découverte d'une culture extra-terrestre.
L'histoire de chacun, narrée de façon échevelée -le livre oscille sans cesse de 2019 à 2060 - avant et après, nous permet de comprendre l'étonnante aventure et la difficulté rencontrée par ces émissaires si spéciaux et attachants.
La culture qu'ils découvrent est déconcertante en diable (le terme diable est-il approprié ?) et si différente de la notre -quoique ? - que nous ne pouvons qu'être dérangés.
Humour et douleur sont les deux sentiments forts qui ressortent de cet étonnant livre.
L'auteure fait preuve d'une extraordinaire érudition : religieuse, scientifique et connaissances humaines.
Un livre qui ne peut laisser indifférent.

Une aventure extraordinaire

9 étoiles

Critique de Laurent63 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 45 ans) - 15 février 2007

Ce livre est bouleversant car il nous permet de comprendre le choc des civilisations. Le récit du Père Sandoz, parti découvrir une autre planète, et pensant agir selon la volonté Divine, nous fait réfléchir sur le bien fondé de cette mission. On retrouve l'esprit conquérant des jésuites, le caractère scientifique est très présent aussi.
L'histoire est merveilleuse, elle tient à la fois du conte, du roman et de la science-fiction. L'auteur sait captiver le lecteur en l’entraînant dans le futur proche et le futur lointain. L’alternance de ces deux époques fait monter le suspense de ce roman.
Les personnages sont attachants, les rebondissements très nombreux et l'humour n'est pas oublié. Ce livre peu être lu par les amateurs de science fiction comme par les lecteurs de romans plus classique. C'est un très bon roman à recommander...

Bémol cependant !

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 49 ans) - 21 avril 2006

Il fallait bien que ce roman me passe entre les mains un jour ou l’autre… Grosse brique de SF, écrite par une scientifique, savant mélange de divin et d’exploration spatiale, tout pour me plaire !

Laissez-moi rassurer les critiqueurs précédents, la note est bonne, voire très bonne, mais vous me connaissez, je n’hésite pas à placer des bémols quand je l’estime nécessaire. Ceux-ci ne seront pas tant sur le contenu primaire, sur la branche principale, mais bien sur la forme et la manière dont l’histoire se déroule et se conclut.

Le positif d’abord : l’apport scientifique est indéniable et, dans la limite de mes connaissances, je n’ai décelé aucune « faute », tout y est clairement expliqué et comme il s’agit d’un futur fort proche (dans quelques décennies), l’extrapolation à faire est douce, précise et limitée. Au niveau psychologique, aucun souci, tous les protagonistes sont parfaitement en ligne avec leur passé et leur évolution est parfaitement décrite. Les relations inter croisées sont également un petit régal, nickel ! L’histoire, classique : voyage vers une planète lointaine, isolation, apesanteur, mal de l’espace, découverte, soulagement, atterrissage et découverte plus que prudente… Jusque là tout va bien !

Le tangent passable : je trouve un peu facile que l’air soit respirable, que les plantes soient comestibles, que les « aliens » soient relativement sympas, et que le petit groupe s’intègre si bien… mais bon, on peut admettre que si les « aliens » se sont développés de manière à « chanter », ils ont dû avoir un environnement similaire au nôtre.

Le négatif arrive avec la conclusion ! En fait, c’est comme si MDR se disait, mwouais, faut pas exagérer ! Et elle renverse la situation en quelques pages : hop, tout le monde (sauf un) est mort ! Je ne peux ici dévoiler comment car j’ose croire que d’autres liront encore ce roman, mais je trouve cela un peu soudain, la façon dont ils meurent ne colle pas à leur caractère et enfin, il n’y a pas de réelle description de ces derniers événements. Même si l’explication sur l’expansion des cultures qui entraîne un regain de vitamines et de graisses et donc une augmentation de la fertilité, qui entraîne ceci et cela est parfaitement logique, cela reste trop direct. Même si l’explication du système régissant les deux « races » est encore une fois logique, c’est un peu court d’envoyer tout cela en quelques pages à l’extrême fin. Quant aux tourments d’Emilio, là aussi, pourquoi, comment ? Je trouve cela trop franc ! Emilio a un copain « alien » et celui-ci le vend sans remords, etc, etc… Bon sang, ils sont restés près de trois ans sur la planète et tout s’écroule en quelques jours… Non, là cela ne colle plus ! Et enfin, les explications d’Emilio à ses frères Jésuites sont tout ce qui a de plus « normales » et je ne saisis pas vraiment pourquoi tant de polémique autour d’un missionnaire qui a subit des sévices comme en ont subit tant en Amazonie. Bref, la fin ne me satisfait pas vraiment, j’ai eu l’impression que MDR savait où arriver mais pas vraiment comment, alors elle a utilisé une pirouette d’écrivain : « c’est mon texte et j’écris ce que je veux ! », et elle de raccourcir un maximum, sauf que cela ne colle pas avec le début du roman.

Voilà, c’est un peu long, mais j’ose croire que cela a apporté quelques précisions sur ce roman qui démarre trop lentement et qui finit de façon beaucoup trop abrupte à mon goût !

Tout simplement génial!

10 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 52 ans) - 14 janvier 2003

Camaïeu d'émotions, ce livre est une véritable réussite !
Nous avons affaire à un roman de science fiction qui, loin de faire appel à une armada de robots pour mériter son genre, évolue dans la nuance, dans le psychologique et même dans le mystique.
Néanmoins, les amateurs du genre ne devraient pas être déçus : l’intrigue se déroule quand même sur une autre planète, Rakhat, et on y croise bon nombre d’extraterrestres !

Une mission jésuite est envoyée sur place pour rencontrer des êtres supposés dignes d'intérêt puisque ce qui a trahi leur existence est une étrange musique, parvenue jusqu'à la terre.
Le seul survivant de cette mission (dont il faut préciser que tous les membres ne font pas partie de la Compagnie de Jésus), Emilio Sandoz, prêtre jésuite, récupéré sur Rakhat par les Nations Unies, est accusé de s'être livré là-bas à des comportements extrêmes : la prostitution et le meurtre.
Les points forts du roman sont nombreux.
Le monde imaginé par l’auteur est complexe, elle décrit son organisation sociale, son économie, son habitat, sa faune et sa flore, bref, c’est comme si on y était !
Les personnages sont vifs, bourrés d’humour et attachants.
Et que dire de son analyse psychologique…
C’est tout simplement époustouflant !
Ajoutez la dimension mystique, parfaitement évoquée par Persée, et vous avez entre les mains un livre passionnant.
Quant aux quelques cinquante dernières pages, qui expliquent l’horreur de ce qu'a vécu la mission, et plus spécialement Emilio, mes enfants, préparez-vous à un choc…
Brrr, j’en frissonne encore…

Icare chez Pandore

10 étoiles

Critique de Persée (La Louvière, Inscrit le 29 juin 2001, 69 ans) - 15 septembre 2001

Tout à fait d'accord! Ce fabuleux roman, c'est un peu la chute d'Icare revisitée, ou encore le film "The Mission" conjugué au futur. Sandoz, le père jésuite, croit entendre une sorte de ferveur religieuse dans d'étranges chants extraterrestres détectés par le SETI. Dieu l'appelle sur Alpha du Centaure. On le croira saint, puis pécheur. On le découvrira martyr. Ou...baisé. Dieu était-il au rendez-vous ? Il faut lire MDR pour comprendre comment construire une intrigue haletante et lui donner à la fois la chair, l'âme et l'esprit. Dans de fines analyses psy, elle nous révèle comment un clerc peut vivre sa foi et l'ascèse qu'elle implique. Mais autour de Sandoz gravitent les membres de l'expédition, plus attachants les uns que les autres. L'imagination de l'auteur s'ouvre comme une boîte de Pandore lorsqu'elle décrit la planète explorée. C'est grandiose, d'abord suave, puis vénéneux. Son livre nous invite à une réflexion sur le sens de la vie, l'attrait de l'inconnu, la foi, le rapport à l'autre. Pourquoi diable aller chercher Dieu sur Alpha du Centaure et s'en revenir meurtri de ne l'avoir point trouvé ? Comment supporter l'inacceptable coexistence du Mal avec l'idée d'un Dieu réputé tout-puissant et infiniment bon? Bien sûr, il y a la thèse du "retrait de Dieu" suggérée par l'auteur (cfr. Simone Veil). Le non-croyant fait l'économie de ces détours et impasses. Mais tous les Icare, croyants ou non, brûlent de se frotter les ailes aux marches de l'inconnu. Si Dieu est "ailleurs", faut-il aller le chercher si loin, alors qu'ici tout reste à faire ? Un foutu grand livre, Ma'am! Avec de sacrés Jèzes. Pour les dévoreurs de briques (500 pages).

Forums: Le moineau de Dieu

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Religion, mode d'emploi ? 8 DE GOUGE 6 avril 2015 @ 12:41

Autres discussion autour de Le moineau de Dieu »