Cellulaire de Stephen King

Cellulaire de Stephen King
(Cell)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Fantasio, le 23 mars 2006 (Inscrit le 14 octobre 2005, 65 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 19 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 217ème position).
Visites : 7 632  (depuis Novembre 2007)

Une déception

Et s'il y avait de bonnes raisons pour que cellulaire rime avec enfer ?
1er octobre. Dieu trône au paradis, le marché des changes est stable, les avions à peu près à l'heure et Clayton Riddell, un auteur de bandes dessinées, sur un petit nuage. Il vient de décrocher un contrat et l'avenir lui sourit. Mais en quelque seconde, tout bascule dans l'horreur. La cause ? Un phénomène de destruction que déclenche le téléphone portable. Tous les portables… Et qui va plonger le monde dans le chaos, le carnage et les ténèbres.
C'est bien dans les affres de la destruction du monde contemporain par les outils de ce même monde que Stephen King nous plonge ici, dans un récit au rythme effroyable qui ne laisse aucun répit au lecteur avant de le conduire au paroxysme de la terreur. Pourtant, malgré l'apocalypse, Cellulaire nous fait rencontrer des personnages attachants, notamment ceux d'adolescents adeptes de la culture informatique qui séduiront de très nombreux lecteurs. (L’éditeur)

Autant le dire tout de suite, ce livre n’est pas un grand cru de l’auteur. Nous sommes ici très loin de ses grandes œuvres : » ÇA », « LE FLÉAU » ou l’immense saga des « TOURS SOMBRES ».
Le livre est dédicacé à Richard Matheson et George Romero. Et en effet, il fait penser à une variante de la série des MORTS VIVANTS du célèbre metteur en scène.
Et en effet le bouquin sera sans doute une bonne base pour le scénario d’un film d’horreur.
D’habitude, Stephen King prend le temps, le long de plusieurs centaines de pages, de placer les protagonistes de ses histoires et amène tout doucement le lecteur vers le malaise tout d’abord puis en quelques pages il assène le coup final, l’horreur absolue. L’épouvante est intense mais brève.
Ici, pas de préparation, le carnage commence dès la deuxième page. Ensuite c’est l’histoire classique de quelques survivants et de leurs tribulations dans un monde hostile. L’histoire est linéaire, prévisible et n’est guère innovante, mais on a surtout l’impression que Stephen King s’ennuie un peu, ne se passionne pas pour son sujet et ne suit pas de plan précis. La fin est bâclée et peu crédible. Bref une œuvre mineur et décevante de l’auteur.
Sans être un mauvais livre, ce n’est sûrement pas le bouquin que je recommanderais à quelqu’un qui voudrait découvrir l’auteur contemporain le plus connu de la littérature d’épouvante.
Vivement le suivant !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Si tu décroches, tu te transformes en zombie … Non mais Allo quoi !

5 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 46 ans) - 5 août 2014

Même si l’action démarre illico presto (un peu trop d’ailleurs, à mon goût, et contrairement à ce que fait d’habitude l’auteur qui prend le temps de nous planter parfaitement le décor et les personnages), j’ai rapidement trouvé que l’histoire stagnait.

Parce que bon, je pensais bêtement que l’équation King + Zombie ça allait dépoter méchamment … Mais les zombies du King (enfin les « siphonnés ») sont plus ridicules que terrifiants.

Beaucoup de répétitions nuisent au récit, j’ai eu comme l’impression que le King s’ennuyait un peu et moi avec. Et une fois n’est pas coutume, je trouve même qu’ici les personnages manquent d’épaisseur et qu’on sait finalement peu de choses d’eux.

Je n’ai pas ressenti cette sensation anxiogène qui souvent m’étreint quand je lis le King. On est loin de l’apocalyptique « Fléau » du même auteur qui m’avait captivée. L’histoire est trop linéaire, sans véritable enjeu et il reste beaucoup trop de questionnements.

On ne peut également s’empêcher de faire des comparaisons avec « Je suis une légende » de Matheson, avec World War Z et avec la série Walking Dead et là, c’est définitivement sans appel, le King est resté sur la touche … Frustration intense …

Bon par contre, rendons à César ce qui est à César, le King a de nouveau réussi à me faire regarder mon portable beaucoup moins innocemment qu’avant !

Ne gardez pas l'écoute !

5 étoiles

Critique de AmauryWatremez (Evreux, Inscrit le 3 novembre 2011, 49 ans) - 14 novembre 2011

Ce roman de Stephen King commence plutôt comme un roman de Richard Bachman, le lecteur est très vite plongé dans l'histoire qui démarre sur les chapeaux de roues, habituellement, l'écrivain prend son temps pour installer l'ambiance, ici l'horreur est immédiate et réaliste. Elle intervient dans un quotidien que l'on aurait dû mal à imaginer se dérégler aussi vite, elle est fascinante, le lecteur est comme devant une scène qu'il ne voudrait pas voir, ne veut que fantasmer, mais regarde quand même à travers ses doigts quand elle arrive, et le vernis de la civilisation craque très vite. De plus, alors que les personnages mettent une centaine de pages à comprendre ce qui se passe, là, ils réalisent rapidement que les téléphones portables transforment leurs utilisateurs en troupeaux de bêtes féroces sans cervelle par une « impulsion » qu'un groupe terroriste ou des « hackers », pirates informatiques, ont envoyé sur tout les réseaux. La fin du monde arrive par ces appareils hautement sophistiqués qui sont aussi, selon l'écrivain, le symbole de notre allégeance irréfléchie à la technologie, de notre esclavage à des objets que la publicité et l'économie nous imposent comme indispensables bien qu'ils soient parfaitement inutiles.

L'histoire suit Clayton Riddell, dessinateur de « comics » fantastiques, qui venait de signer son premier contrat, qui n'a pas de portable et part à la recherche de son fils perdu quelque part dans le Maine suite à « l'Impulsion », de Tom Mac Court, homosexuel discret, qui a cassé son portable juste avant la catastrophe à cause de son chat, d'Alice, jeune fille qui a été forcée de tuer sa mère devenue complètement folle, et de Jordan, jeune homme qui en sait plus que les autres sur ce qui se passe. Ce n'est pas la première fois que Stephen King raconte une fin du monde, « le Fléau » est certaiment plus fantastique, dans ce livre, les péripéties se déroulent de manière hautement crédibles, et contredisent nombre de clichés inhérents à ce genre de récit : il n'y a pas que les « monstres » qui soient dangereux, il y a aussi les pillards, les survivants ne sont pas solidaires, personne ne réalise vraiment ce qui se passe et n'a une vue globale du problème. Cela dit, on ressent encore dans ce roman l'influence extrêmement intéressante des « EC comics » sur King, ces bandes dessinées d'horreur très ironiques et passionnantes des années 50 où l'horreur ne naît pas d'un zombie ou d'un mort-vivant mais de ce qui se passe dans l'âme de certains êtres humains.

Bien sûr, Stephen King est encore largement méprisé même l'on trouve des critiques de ses livres dans les magasines dits culturels, on le considère surtout comme un auteur de livres divertissants (sic) qui permettent de s'évader du réel après une dure journée de boulot consacrée à travailler plus pour gagner plus. Ce qu'il décrit aussi, c'est en fait l'horreur de l'incommunicabilité, de la solitude ultra-moderne malgré les moyens de communication, la perte de conscience de ce qui est essentiel aux individus, la liberté, l'altèrité entre autres choses, les impostures dûes aux apparences, aux hochets sociaux que l'on agite sous le nez de nos semblables pour mieux les écraser, le culte de la performance, l'inadaptation des cré

Décevant

6 étoiles

Critique de Mleveteau (, Inscrit le 20 juin 2010, 29 ans) - 17 août 2011

Un livre faussement original. L'impression de se retrouver dans la série Walking Dead (que je recommande par ailleurs), la profondeur des personnages en moins...
Cellulaire reste néanmoins un livre de Stephen King et à ce titre un bon livre de plage. Mais pour moi Stephen King, c'est avant tout Ça, Le Fléau et Salem...

Mauvaise réception

5 étoiles

Critique de Kalie (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 49 ans) - 5 décembre 2010

J'ai lu ce roman dès sa sortie en librairie. L'idée de départ est une variante originale sur le thème des zombies. Mais, j'ai trouvé les personnages moins intéressants que dans les autres romans du maître. Les protagonistes sont ici plutôt pâlichons. C'est surprenant pour quelqu'un comme Stephen King qui accorde habituellement tant d'importance à ses personnages de papier. Et surtout, il m'a semblé que le récit tournait en rond. Bref, c'est loin d'être un grand King.

Du Roméro Sephenkingisé

6 étoiles

Critique de Tommyvercetti (Clermont-Ferrand, Inscrit le 18 décembre 2006, 30 ans) - 10 juin 2010

Oui, en fait, ça m'a fait penser à ça. Bien que ça parle de sortes de zombies (au début), on glisse rapidement vers une intrigue typique de SK ; un truc énorme et plus profond et important qu'une simple résurrection. Cette construction petit à petit de l'entité unique par mise en commun d'éléments reprogrammés... Je trouve l'idée originale en tout cas. Bien sur, ce n'est pas, et de loin, le meilleur SK que j'ai lu, et la fin me laisse un peu sur ma... faim. Mais j'ai néanmoins apprécié ; on retrouve le style et la narration de l'auteur comme ailleurs. C'est un plaisir, sans être une révélation.

un bon livre ... un bon moment ...

6 étoiles

Critique de Cracotte (, Inscrite le 26 décembre 2006, 43 ans) - 4 avril 2010

J'ai passé un agréable moment en lisant ce roman de Stefen King même si je dois avouer en avoir lu de meilleur.
Il m'apparaît inachevé... j'aurais aimé connaître le destin de chacun des protagonistes... que Stefen nous emmène au delà de la dernière lutte contre le dépenaillé.

Malgré cela Stefen King a su mener son lecteur dans un univers parallèle comme à son habitude.

Vraiment sympa

8 étoiles

Critique de Mayfair (Distroff, Inscrite le 30 mars 2007, 45 ans) - 8 janvier 2009

J'ai beaucoup aimé ce roman même si ce n'est pas son meilleur.
L'histoire est bien ficelée, bien que peu probable... Mais allez savoir ! Qu'est-ce qui nous prouve que personne ne manipule les relais des portables ? On sait déjà bien qu'un téléphone portable, même éteint, permet de nous localiser...
La fin est un peu trop rapide et nous laisse en haleine, mais bon...
J'ai beaucoup aimé par contre la phrase habituelle concernant l'auteur "Stephen King vit etc etc..." à laquelle on a ajouté une précision "il n'a pas de téléphone portable" ;-)

Ce n'est pas le meilleur...

8 étoiles

Critique de Alex13 (Istres, Inscrit le 8 octobre 2008, 22 ans) - 8 octobre 2008

J'ai bien aimé ce livre mais ce n'est pas celui que j'ai préféré.

Je n'ai pas du tout aimé la fin qui est assez floue.

ce n'est pas du grand King.

5 étoiles

Critique de Pachni (, Inscrite le 4 mai 2008, 40 ans) - 5 mai 2008

Cellulaire n'est pas digne du roi. Mais attention ça se laisse lire comme toujours chez Stephen King. Mais l'intrigue est minimale, l'angoisse habituelle peu présente et les personnages moins attachants qu'à l'accoutumée. Un des plus grands talent du King est de créer des personnages très épais ce qui n'est absolument pas le cas ici. De plus aucune latence de l'angoisse, ce qui est également une de ses spécialités. Moi qui suis une adepte, j'ai vraiment eu le sentiment de lire un bouquin de commande. Il n'y a pas l'envie d'écrire que l'on ressent toujours dans ses oeuvres. Mais juste après vient Lisey et là attention chef d'oeuvre!!!!

Un King mineur, mais sympa

7 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 36 ans) - 30 mars 2008

Je trouve ce roman assez inspiré par le film "Land of the dead" de Romero (surtout pour le personnage du leader des 'siphonnés', quasi identique au personnage du chef des zombies du film : un gros black).
Un roman mineur pour le King (qui ne possède pas de portable, c'est amusant de le signaler), en aucun cas son meilleur ou un de ses plus représentatifs, mais un roman sympathique à lire. Que demander de plus ?

Toujours aussi talentueux

9 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 38 ans) - 23 février 2008

Cellulaire vous met dans un état de stress et de peur dès les premières pages, vous n'avez pas le temps de vous mettre dans l'histoire que déjà le pire est arrivé.

Le sujet qui paraît farfelu au départ et qui rappelle bien sûr le film des morts-vivants devient une histoire qui vous tient en haleine du début à la fin. Stephen King vous emporte dans un monde rempli d'horreur et pourtant il parvient, malgré l'angoisse qui vous habite, à vous faire sourire. Les personnages y sont attachants. La fin est toutefois un peu décevante.

Je recommande ce livre, on y reconnaît bien le talent de Stephen King et je suis comme toujours impressionnée par cet auteur !

Déception

4 étoiles

Critique de Bud (Lille, Inscrit le 7 janvier 2005, 38 ans) - 17 août 2007

Avec ce livre, force est de constater que Stephen King a du mal depuis quelques années. Ce livre démarre très mal, on a envie de le fermer dans les 50 premières pages, puis la formation dun petit groupe nous passionne pendant environ 150 pages, un peu à la manière du Fléau. Alors que les bases pour un bon roman semblent posées, le King s'égare alors totalement au niveau du scénario et part dans le grand n'improte quoi, pour déboucher sur un final grotesque et de nombreuses descriptions de rêves et de dessins pénibles à lire.

Le livre aurait été tellement meilleur s'il s'était focalisé sur la bataille entre survivants et phonistes, sans qu'on nous ennuie avec des histoires de mutations génétiques et de virus informatiques pas crédibles pour un sou... Qui plus est, ce roman souffre de nombreuses répétitions (les allusions trop fréquentes à Johnny Gee par exemple), et dénote du manque d'imagination actuel de l'auteur.

Mine de rien, il serait peut-être temps que que Stephen King réécrive un bon livre, ça commence à faire un paquet de ratages depuis 10 ans...

King fidèle à lui même

5 étoiles

Critique de Antikrak (, Inscrit le 17 avril 2006, 42 ans) - 26 juillet 2006

Ma foi, on retrouve quelques ingrédients qui ont fait de SK le maître de l'horreur mais on est, en effet, loin de ses chefs d'oeuvre. De plus, sans vouloir dévoiler trop de l'intrigue, j'ai eu la sensation de relire le Fléau mais un Fléau baclé (quoi de plus normal, le Fléau faisant dans les 1500 pages et Cellulaire 500. Mais, 2 groupes qui s'affrontent (représentant 2 façons de vivre), un groupe que l'on peut qualifier d'élus, une fin "à la King", un grand feu d'artifice, tout ça ressemble étrangement à l'intrigue du Fléau. Si on y ajoute le déclenchement de l'Impulsion, la "contagion" par portable, ça fait trop de similitudes pour être une coïncidence.
Tout ça donne un livre sans doute meilleur que beaucoup des derniers mais moins bons que ses premiers. Il se situe, je dirai, dans la moyenne de ses romans, il se laisse lire mais manque de surprise, de suspense et de cette atmosphère oppressante qui a fait de King ce qu'il est. Normalement, il devait s'arrêter après la Tour Sombre (c'est en tous cas ce qu'il apparaît en lisant cette saga), si il décide de parjurer son oeuvre en continuant alors, au moins, qu'il nous donne du grand Stephen King et pas des reprises baclées de ses meilleurs romans. Qu'il arrête pendant quelques temps pour se ressourcer et qu'il nous ressorte un grand livre.

Le King en vacance

6 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 65 ans) - 1 juin 2006

Un roman pour se défouler et s’amuser? Je le pense sincèrement et pourtant le résultat n’est pas mauvais, on ne s’ennuie pas dans la lecture des premières pages ça je vous le garantie pour peu qu’on accepte l’idée d’une catastrophe imminente qui dépasserait les limites du réalisme.

Si je parle de vacance, c’est que le maître du fantastique présente une écriture facile et des enchaînements narratifs sans grande originalité (mais toujours efficace) et cela fait contraste d’avec ses derniers romans et de sa conclusion de la Tour Sombre. Ça en devient reposant. Ici aucun soucis d’une recherche littéraire, aucune incursion intimiste, simplement le plaisir de raconter une histoire de fin du monde où la technologie se pète la gueule.

Une œuvre mineure qui s’ajoute à une bibliographie abondante et plus diversifiée qu’il n’y paraît à première vue.

Telecom à l’extrême

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 49 ans) - 4 mai 2006

Inspirée par la croyance populaire de certains comme quoi le téléphone cellulaire émettrait des ondes nocives pour le cerveau, cette fantaisie de King utilise la technologie pour nous faire peur, celle qui s’immisce dans notre quotidien et dont le fonctionnement demeure, pour la grande majorité, un mystère.

À chaque nouvelle invention domestique, la radio, la télévision, le four à micro-ondes, on nous refait le même coup du désordre technologique et ça ne fait plus trembler personne. Le roman de King est donc un autre « road book » qui revisite le thème peu original des zombies.

Fidèle à son style, King réussit à charmer le lecteur avec une recette bien dosée de suspense et d’énigmes. Mais à la longue, la quête tumultueuse d’un père pour retrouver son fils dans un monde apocalyptique devient redondante et on a hâte d’arriver au bout. Ce n’est pas ennuyeux. Le voyage vaut la peine. Mais c’est un opus ordinaire du maître de l’horreur.

Très moyen

4 étoiles

Critique de Franckdrebbin (, Inscrit le 15 mai 2005, 39 ans) - 4 mai 2006

Fan de King mais aussi grand fan de Romero (à qui ce livre estdédié), je me faisais une joie de dévorer ce nouvel opus de Stephen, espérant sans trop le dire qu'il aurait retrouver la verve de certains bouquins, verve qu'il avait quelque peu égarée avec Dreamcatcher ou Roadmaster. Malheureusement, si le début n'était pas pour me déplaire, la trame vire assez vite vers l'inintéressant avec une théorie difficile à avaler. Malgré tout, l'ensemble reste relativement agréable à lire et ça fait toujours plaisir de lire le maître...en espérant que le prochain soit meilleur néanmoins.

UN PEU DECUE

8 étoiles

Critique de LesieG (CANTARON, Inscrite le 20 avril 2005, 52 ans) - 9 avril 2006

Une histoire originale, on a réellement envie de voir jusqu'où ça va aller.
Par contre je n'aime pas du tout la fin, j'ai horreur de rester sur un livre que je dirai pas fini.
Mais que se passe-t-il donc ?

Pas mal

7 étoiles

Critique de Jonjon21 (, Inscrit le 30 août 2005, 35 ans) - 7 avril 2006

Divertissant ? Oui. Intelligent ? Non, du tout. Même un peu idiot. Les théories que nous propose King dans son dernier roman, Cellulaire, frôlent l'invraisemblable. C'est la capacité de King à nous vendre sa salade qui sauve le roman, car ce dernier aurait pu s'écrouler sous la plume d'un autre auteur moins expérimenté. Donc, un roman de "plage", léger, divertissant, angoissant, mais loin d'être un chef-d'oeuvre. Très loin.

Forums: Cellulaire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Cellulaire".