La Moïra, tome 2 : La guerre des loups
de Henri Loevenbruck

critiqué par Belial, le 26 août 2005
(Anvers - 39 ans)


La note:  étoiles
Ouais, bof.
On s’attendait à ce que ça décolle après un premier tome un peu gamin et simplet, que nenni. La Guerre des Loups est un gros cliché de la fantasy comme on n'en fait plus : le méchant en noir assis sur son trône entouré de lave, des prophéties, des orques, des elfes, des mages (pardon, des druides). C’est plus que l’ombre de Tolkien qu’on aperçoit, et l’addition de loups, ô combien superflue, ne relève pas la sauce. L’auteur veut nous montrer qu’il a « étudié les loups pendant un an » et nous parle de leurs empreintes ou de la sociologie de leurs meutes. Soit, mais si ça m’intéressait j’achèterais un livre de zoologie sur la question. Quelques bastons prévisibles n’y changeront rien, on s’ennuie ferme et entre deux bâillements on se dit que le bel échiquier qu’a construit l’auteur est en train de se transformer en bouillabaisse indigeste. Reste le dernier tome de la trilogie.