Nicolas Eymerich, inquisiteur
de Valerio Evangelisti

critiqué par Aaro-Benjamin G., le 7 décembre 2004
(Montréal - 55 ans)


La note:  étoiles
Grand prix de l’imaginaire, Prix Tour Eiffel, Prix Urania
Comment décrire l’univers d’Evangelisti en restant cohérent. Mélange de fantastique, histoire et enquête, ce titre est le premier d’une série de six tomes en français (pour l’instant) relatant la vie l’inquisiteur général au royaume d’Aragon. Non sans rappeler « Le Nom de la Rose » de Eco, Evangelisti fait revivre l’époque médiévale avec un talent certain. On se surprend à s’attacher au personnage de Nicolas Eymerich alors que celui-ci est froid, cruel et ordonne le massacre d’un village en entier au nom de la sainte inquisition. Troublant.

Evangelisti, c’est aussi de la science-fiction. En parallèle avec le récit historique, nous suivons un groupe qui voyage sur un navire propulsé par le psyché. En alternant entre les deux mondes, l’auteur explique les phénomènes qui sévissent dans les aventures de son personnage titre.

Définitivement original. Sans contredit un chef-d’œuvre d’imagination, ce roman n’est tout de même pas pour tout le monde et les âmes sensibles devraient s’abstenir. Mais, ceux qui n’ont pas peur de plonger dans la démence d’un auteur brillant seront comblés.


N.B. Ce roman est aussi disponible en bande-dessinée.
Prenant 8 étoiles

Passé le cap de la fastidieuse lecture de la période contemporaine et de celle liée à un compte-rendu spatial futuriste, progressivement, on s'habitue à cet étrange univers aux explications "scientifiques" complexes, et on se laisse attraper par l'enquête du père Nicolas Eymerich, fraîchement nommé Inquisiteur général du royaume d'Aragon. Nous sommes en 1352, pour un temps seulement...
Déroutant roman, qui bouscule nos repères, créant une histoire singulière que j'ai particulièrement aimée. C'est innovant comme scénario. A noter que l'adaptation en bédé de ce roman (en 2 volets) est très réussie.
J'ai hâte de lire "Les chaînes d'Eymerich, second roman de la série.

PPG - Strasbourg - 48 ans - 20 janvier 2013


Divertissement assuré. 8 étoiles

D'accord dans l'ensemble avec la critique de AAro, néanmoins cinq étoiles me semble exagéré. Mais tout n'est bien sûr qu'une question de goût.
Petite phrase extraite du livre:
"Tous ceux qui ont prétendu modifier les hommes ont toujours fini par les tuer parce qu'ils ne se conformaient pas à leur modèle."
C'est bien dit et pour celà, je mets 0,5 étoile en plus.

Usdyc - Bruxelles - 67 ans - 8 décembre 2004