Après le 13 novembre
de Davy Mourier (Scénario), Sophie Parra (Scénario), Géry Boileau (Dessin)

critiqué par Shelton, le 3 décembre 2022
(Chalon-sur-Saône - 66 ans)


La note:  étoiles
Ne pas oublier...
Bien sûr, une bande dessinée sur le témoignage d’une jeune femme victime des attentats du 13 novembre 2015, cela ne vas pas attirer tous les lecteurs de façon instantanée. Je l’entends bien et je respecte cette situation sans aucun souci mais…

Mais cela montre d’abord que la bande dessinée peut aborder tous les sujets parfois de façon grave, parfois de façon légère, avec sérieux ou cynisme, avec réalisme ou humour… En bédé, tout est possible, sans aucun doute et définitivement ! Ici, dans « Après le 13 novembre », on va dire qu’il s’agit essentiellement d’un témoignage humain beaucoup plus qu’historique, politique, médiatique… Mais l’humain est quand même ce qu’il y a de plus important dans la vie…

Sophie Parra a été victime, une victime qui dans le Bataclan assistait à un concert. Elle a pris deux balles, une dans la jambe, une dans le bassin… On peut dire qu’elle a eu la chance de survivre mais elle est certaine au départ que ce jour-là on l’a aussi tuée… Après, le 13 novembre, il faut survivre, se reconstruire, repartir dans la vie d’un autre pied…

Pour que ce témoignage ne tombe pas dans le larmoyant, le pathos, le drame total… Il fallait bien que Sophie Parra rencontre un bédéiste comme Davy Mourier et cela va permettre une bande dessinée prenante, forte mais lisible sans tomber dans la dépression… Je vous concède quand même que l’énervement et la colère peuvent s’emparer de vous car ce que va subir Sophie de la part de certains journalistes, de certains soignants, surtout de certains psys, sans oublier les fonctionnaires chargés d’établir le montant des compensations financières… Oui, on compatit et parfois on a envie de sortir la boîte à gifles !

Ce récit dessiné par Gery est une excellente bande dessinée. Sa lecture permet d’aborder certaines questions de l’après, celles que l’on ne pose jamais. Après un attentat, un accident, un drame, on parle d’un bilan brut, X morts, Y blessés… Puis après on passe à autre chose. Le deuil des familles, la reconstruction des blessés, les impacts dans la vie privée et professionnelle, tout cela est laissé dans l’ombre…

Voilà pourquoi je trouve, cher Davy, que tu as bien fait de travailler sur ce projet, ce témoignage, cet album… Chapeau bas monsieur ! Quant à Gery, avons-le, la narration graphique est totalement adaptée à ce témoignage !

Vous l’aurez compris, il s’agit bien d’une bande dessinée à lire même si je comprendrais que vous ne l’offriez pas pour ces fêtes de fin d’année… Alors n’hésitez pas à le faire avant !

Bonne lecture !