La nuit des pères de Gaëlle Josse

La nuit des pères de Gaëlle Josse

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Psychééé, le 29 novembre 2022 (Inscrite le 16 avril 2012, 34 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (24 089ème position).
Visites : 330 

Délicatesse et retenue

Un père emmuré dans le silence et la colère toute sa vie décide enfin de parler à ses enfants avant que ses souvenirs ne s’effacent. Isabelle et Olivier n’imaginaient pas ce qu’il avait traversé pendant toutes ces années. Il était en fuite depuis bien trop longtemps. Si Isabelle a refusé ce père pendant une bonne partie de sa vie car elle s’est toujours sentie rejetée, elle se décide à affronter ses démons et son géniteur en retournant chez lui, là où elle a grandi.

Petit à petit, les souvenirs tus et enfouis ressurgissent un à un. La chienne Lola, les injustices de traitement entre fils et fille, le frère parfait, l’absence de considération… Nous assistons d’abord au ressenti et au point de vue d’Isabelle, très âpre et douloureux, qui cumule les pertes. Le livre s’achève sur celui d’Olivier avec une vision toute autre, comme s’ils avaient connu une personne différente, un père différent.

C’est très émouvant de découvrir ce que ce père a traversé sans jamais rien dire et les impressions à tour de rôle de ses enfants. Peut être qu’en parlant, les choses auraient été plus simples ? C’est finalement le propre choix du père qui a pesé sur sa famille pendant toutes ces années.

A l’issue du récit et des non-dits dévoilés, chaque lecteur, extérieur à l’histoire, fait son interprétation et comprend mieux notamment le comportement du père avec sa fille. Il a pu sembler destructeur mais ce n’était visiblement pas son intention. Je ne révélerai pas mon interprétation pour ne pas divulguer les révélations découvertes au fil de la lecture. Simplement, notre interprétation, comme celle d’Isabelle ou Olivier, évolue, à la lumière des éléments racontés par le père et remet en cause des années de fourvoiement.

J’ai bien aimé les délicatesses de l’auteur vis-à-vis de la sensibilité des personnages, toute en retenue. L’idée que certains se souviennent absolument de certains lieux de manière inexpliquée m’a beaucoup plu aussi, de même que les objets terribles de présence qu’elle évoque après la perte d’un être cher. Les sentiments décrits sont bel et bien complexes comme dans la vraie vie et nous bouleversent par leur intensité, comme ça avait déjà été le cas pour son roman Ce matin-là, récit d’un burn-out. Elle remet en cause nos choix et nos profondes fragilités.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le mal de père

9 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 64 ans) - 28 décembre 2022

Isabelle vit à Paris, bien loin de son village d’enfance. Elle réalise des reportages sur la faune et la flore sous-marines, à des milliers de kilomètres des montagnes où elle est née.
Olivier, son frère l’appelle pour lui demander de venir voir leur père dont la santé décline Il a 80 ans et la "maladie de l’oubli".
Malgré ses efforts pour enfouir les souvenirs de son enfance, ces derniers remontent , encore accompagnés de crises d’angoisse. Une enfance sous la tension permanente d’un père colérique, un père qui oubliait son prénom, un père qui hurlait chaque nuit.
Seule la patience et la douceur de leur mère rendaient la vie possible les jours calmes où le père, guide de randonnée, partait en montagne.
Isabelle dévoile les souvenirs bouleversants d’une petite fille transparente aux yeux de son père.
"Aurais-je traversé toute ta vie comme une ombre ?"
"J’ai été ta fille invisible, mon père, ta vie transparente dont le sort t’importait peu, à qui tu ne savais que dire, peut-être simplement parce que j’étais une fille et que ce continent-là t’était étranger. Alors je suis allée vers la vie, vers l’inconnu, j’ai cherché ailleurs les preuves de ton existence."

Alors qu’ils sont dans la cinquantaine, il est temps de comprendre ce père, d’essayer de savoir pourquoi il était incapable d’aimer.
Aidée par son frère, kiné resté au village, s’occupant de lui depuis la mort de leur mère, Isabelle s’apaise. Et alors que sa mémoire s’envole, le père va enfin révéler son secret.

Un récit à trois voix ; celui plus court du fils qui a souffert lui aussi mais qui a partagé des moments forts avec le père, qui a eu droit aux des confidences de sa mère.
Et la brève confession du père.

Après la douleur d’une mère qui attend son fils, dans "Une longue impatience", Gaëlle Josse raconte avec autant de sensibilité la quête d’une fille en mal de père. Un livre touchant, bouleversant, aux scènes dures, parfois violentes, avec une écriture toujours aussi juste.
J’ai beaucoup aimé.

Forums: La nuit des pères

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La nuit des pères".