Dernier week-end de janvier
de Bastien Vivès

critiqué par Hervé28, le 7 septembre 2022
(Chartres - 53 ans)


La note:  étoiles
très belle chronique
Bastien Vivès nous offre, après un très décalé "Burne-out", un ouvrage plus sage avec "Dernier week-end de janvier", très belle chronique sur fond de festival d’Angoulême.
Sur près de 180 pages, Vivès prend le temps de nous présenter les personnages:un dessinateur assez blasé par les séances de dédicaces, un chasseur de dédicaces presque caricatural aussi bien sur le plan graphique (son visage, à la Largo Winch, tranche volontairement avec la galerie de portraits de l'album), que sur le plan personnel. Et surtout, une femme,Vanessa, fragile, attachante,complètement étrangère au monde de la bande dessinée, pour qui le lecteur ne peut que ressentir une certaine sympathie.
Ayant fréquenté, à une époque de ma vie, le festival d'Angoulême, j'avoue avoir retrouvé à travers cette bd, l'atmosphère de cet événement.
Vivès nous offre une histoire presque banale, digne d'un film de Claude Sautet, mais qui par son traitement graphique mérite de s'y attarder
Car, il faut avouer que les planches sont magnifiques, avec mention spéciale pour les scènes de danse, qui sont parfaites
Même les scènes d'amour au lit, que le lecteur attendait vu le précédent album sulfureux de Vivès, sont d'une sensualité et d'une délicatesse sans pareil
Cet album va rejoindre des titres comme "Polina" ou encore " une sœur"que je relis régulièrement avec plaisir

Un très bel album, une très belle chronique où on se demande où s'arrête la réalité et où commence la fiction

J'en recommande évidemment la lecture