La tête haute: Guide d'autodéfense intellectuelle
de Mathilde Levesque

critiqué par Marvic, le 5 septembre 2022
(Normandie - 64 ans)


La note:  étoiles
Faites-vous respecter
Enseignante dans un lycée difficile, Mathile Levesque remarque que ses élèves sont toujours sur la défensive. En s’aidant de nombreux ouvrages, elle commence par répertorier toutes les situations où un interlocuteur peut se sentir agressé, dès lors que s’établit implicitement un rapport de force : au travers des classes sociales, du poids des origines, ou simplement le fait d’être une femme.
Notre société très hiérarchisée met aussi un point d’honneur à ce que les dominants aient des signes distinctifs imposant leur statut.
Et quelques rares exemples familiaux entre conjoints ou membres d’une même famille.

Que ce soit par timidité, par manque de confiance en soi, par peur, tout le monde ne sait pas faire face à une agression ou une manipulation verbale.
L’autrice propose des tests rapides et succincts pour aider le lecteur à se reconnaître. On pourra cependant regretter que ces tests s’adressent à un partie limitée de notre société.

Elle analyse ensuite "les onze figures de rhétorique des manipulateurs", s’aidant pour cela des discours d’hommes et femmes politiques( en 2018) , avant d’aborder la palette des arguments utilisés.
Suivra un chapitre savoureux sur la manipulation dans les discours médiatiques et politiques accompagné d’un tableau "cours de langue de bois" distribué à l’ENA.

Le dernier chapitre doit nous apprendre à nous faire respecter. En combattant les idées reçues, et en donnant 10 règles à suivre.
Des réflexions intéressantes, certaines contradictoires mais bien loin de ce que je m’attendais à trouver dans cette lecture.
"Si vous perdez vos moyens en situation d’agressivité ou même de conflit, faites en sorte d’être agressé(e) par écrit... " (!)
"Il est indispensable de prendre en compte l’adversaire pour être efficace ; mais la première personne que vous devez dominer, c’est vous."
"Estimer l’autre, c’est lui faire part de son désaccord ; le mépriser, c’est ne pas consentir à le contredire."
"La pratique de l’autodéfense n’est pas à un paradoxe près. Son efficacité tient à un double principe de constance et de variété... La constance est la preuve de fiabilité de vos arguments ; à l’inverse, n’hésitez pas le cas échéant à reprocher à votre interlocuteur sa versatilité."

Il me faut une nouvelle fois préciser que ce livre s’adresse à un public ciblé, majoritairement des employés d’entreprise, subordonnés à une hiérarchie. Quant au monde du travail plus général, il présente peu d’intérêt si vous exercez une profession libérale, si vous êtes artisan, auto-entrepreneur…
Si je n’espérais pas trouver de recettes miracles, je suis cependant très déçue par cette lecture, les conseils qui sont donnés, et le public restreint auquel s’adresse l’autrice.