Droit de l'Espagne
de Collectif

critiqué par Veneziano, le 15 août 2022
(Paris - 45 ans)


La note:  étoiles
Si loin, si proche
Le droit espagnol relève également du système juridique Romano-germanique et reste donc assez proche de son corollaire français. Après, son caractère fortement régionalisé permet des dérogations législatives que peuvent adopter les communautés autonomes, comme en droit de la famille et des successions. Il est rappelé en préliminaires le caractère récent de la démocratie et de la Constitution, qui datent de 1978 ; par la suite, les grandes matières du droit privé sont égrenées de manière synthétique pour en comprendre l'esprit et les mécanismes essentiels. C'est le droit des successions qui connaît les mécanismes les plus originaux et éloignés du droit français, bien que la part réservataire y existe également.

Ce livre court, de 120 pages, permet de se faire une idée de la construction du droit dans une démocratie récente de tradition latine, de se familiariser petit à petit avec les concepts de cette matière technique. C'est intéressant et cela permet d'approfondir la connaissance d'un pays étranger qui peut être apprécié ou pour qui un intérêt minimal est pressenti.