Homo Migrans: De la sortie d'Afrique au Grand Confinement
de Jean-Paul Demoule

critiqué par Colen8, le 18 juin 2022
( - 81 ans)


La note:  étoiles
« Qui a peur des migrations ? »
Une constante s’impose dans cette longue histoire, une mobilité incessante chez nous les cousins des primates. Originaires d’Afrique les Homo sapiens nomades par nature, après avoir découvert puis occupé l’ensemble des terres émergées, ont été confrontés à la limite des espaces et des ressources dès lors que progressait leur démographie. Depuis la seconde moitié du siècle passé, à peine plus de 70 ans, le constat reste valable tandis que l’auteur conclut sur une note optimiste.
Guerre froide, guerres d’indépendance et décolonisations, conflits et guerres civiles au Proche-Orient, massacres et génocides en Asie du Sud-Est, ingérences en Amérique Latine, disparition du rideau de fer suivie de l’éclatement soviétique, terrorisme islamiste, printemps arabes, déchirements ethniques et politiques en Afrique et en Asie, jusqu’à l’actuelle invasion de l’Ukraine, les motifs politiques, religieux, économiques, bientôt climatiques de migration sont encore là.
A peu près toutes les quelque 200 « nations » recensées se sont inventé un peuplement ancien ethniquement « pur » en occultant les brassages permanents dont elles ont été le creuset. Ce que la génomique démontre indubitablement se retrouve dans la linguistique, dans la circulation des idées, les échanges culturels, la mondialisation sous ses diverses formes. Les immigrations souvent présentées comme repoussoirs servent en priorité à renforcer les sentiments nationaux.