Les épines et les roses
de Robert Badinter

critiqué par Veneziano, le 4 juillet 2021
(Paris - 43 ans)


La note:  étoiles
Chronique de 5 ans au ministère de la Justice
Robert Badinter nous rapporte son témoignage de son passage au ministère de la Justice. Pendant ces cinq ans, de l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 à sa nomination à la tête du Conseil constitutionnel, il retrace, dans cinq chapitres annuels, son action. Il décrit son enthousiasme, sa mue un peu forcée d'avocat pénaliste renommé à celui de garde des sceaux, avec les ironies que la situation peut créer, ses élans d'audace et de simplification comme ses contraintes, calendaires, politiques, notamment, ses passes d'armes avec Gaston Defferre, les arbitrages de François Mitterrand et du Premier ministre montrant l'envers du décor et les relations personnelles au sommet de l'Etat.
Cet ouvrage permet de tirer une réflexion sur le fonctionnement de la justice, la manière de mener des réformes et politiques publiques, par l'illustration, ce qui n'est déjà pas vain, et il fait découvrir sous un angle particulier le déroulement d'une époque. Quelles soient les idées des uns, des unes et autres, ce livre reste intéressant.