Antiguide du vin et de la vinasse: Comment se la péter alors qu’on n’y connaît rien
de Stéphane Rose

critiqué par Bookivore, le 19 juin 2021
(MENUCOURT - 38 ans)


La note:  étoiles
Un livre très dr - hic ! - ôle
J'aime bien Stéphane Rose (qui, pour le coup, rien que pour ce livre, aurait pu se renommer Stéphane Rosé, histoire d'aller un peu plus loin dans le concept, mais bon... on ne peut pas penser à tout tout le temps), son humour parfois aussi léger qu'un pigeon voyageur devant livrer une machine à laver, son look d'ours à lunettes réveillé en fanfare trois mois avant la fin de son hibernation, et son goût pour les bonnes choses dont on aime abuser.
Ici, il nous parle de comment s'y retrouver dans le monde du vin, de l'oenologie, des cavistes, et comment faire croire à tout le monde que l'on s'y connaît (mieux qu'eux) alors que non.
En 150 pages qui se lisent aussi vite qu'on engloutit un Big Mac après deux semaines de voyage dans un désert, Rose nous donne ici des conseils tordants, s'en prend souvent aux cavistes qui aiment bien rabaisser leurs clients ("mais vous n'allez pas manger du fromage avec ce vin ?! Non, je refuse de vous le vendre, ça serait mal !"), s'en prend aussi aux amis qui s'y connaissent, gueule sur les dégustations parfois incongrues (en Chine, on aime boire le saint-émilion avec des glaçons... le bon vivant aimant le bon vin n'a pas pu s'empêcher de frissonner en lisant ça, que cela soit vrai ou exagéré), ou les associations mets/vins un petit peu trop dictatoriales ("et si j'ai envie de boire du rouquin avec mon poisson, tu vas faire quoi ?").
Sans parler d'extraits pas piqués des vers de guides du vin, et revues oenologiques, avec des phrases qui semblent avoir été écrites après deux caisses de bourgogne, tellement ça va loin dans l'abstrait.
Un petit guide hilarant (de la Baltique), qui vous fera, au pire, sourire, et au mieux, hurler de rire. A lire après une bonne décantation, afin que le bouquin soit à la bonne température.