Les vertus de l'échec
de Charles Pépin

critiqué par Psychééé, le 3 mai 2021
( - 34 ans)


La note:  étoiles
Osons échouer !
Qui n’a jamais connu le moindre échec dans sa vie ? A moins d’être un optimiste invétéré, celui-ci peut parfois être difficile à digérer. Et si vous les voyiez plutôt comme une chance ? Celle de mieux se connaître, de se réinventer, une invitation à voir ce que vous ne voulions pas, une chance de s’arrêter dans une vie trop hâtive, une leçon d’humilité, une nouvelle manière d’oser vivre pleinement et de prendre des risques… La liste est longue.
Ce petit traité de sagesse m’a été absolument indispensable pour changer de regard sur l’échec et mieux l’accepter. Se dire qu’après tout, les échecs précèdent généralement les succès et comptent de multiples vertus que Charles Pépin cite et illustre d’exemples concrets : de Gaulle, Gainsbourg, Ray Charles, JK Rowling … Tous ont échoué avant de réussir, à force d’audace et de persévérance. J’ai beaucoup apprécié entre autres de découvrir la lecture psychanalytique de l’échec, l’acceptation stoïcienne et le conseil de Steve Jobs à propos de nos rêves : « Stay hungry, stay foolish ! (Restez insatiables, restez fous !)
C’est pour moi une pépite et donc une ENORME recommandation de lecture. Et, peut-être pour achever de vous en convaincre : « Il n’y a pas de risque plus grand que ne de pas essayer, et de voir venir la mort sans savoir qui l’on est. […] Il y a un coût associé à l’action, mais l’inaction est encore plus coûteuse. Voilà la vraie menace : à force de ne pas oser échouer, échouer tout simplement à vivre. »