La société du sans contact: Selfie d'un monde en chute
de François Saltiel

critiqué par Colen8, le 12 avril 2021
( - 80 ans)


La note:  étoiles
Parfois pour le pire
Les services numériques relayés par les smartphones ont conquis le monde entier avant qu’on ne prenne en compte l’énormité de leurs effets pervers. Leur impact sur l’environnement s’aggrave à la mesure de la consommation énergétique d’une technologie soi-disant propre. La fabrication, le transport de milliards d’objets connectés à des dizaines de millions de serveurs, d’antennes relais etc. épuise des ressources rares et rejette des milliers de tonnes de déchets toxiques insuffisamment recyclés. Les savants filtrages des algorithmes entretiennent à la fois les addictions de personnes isolées et vulnérables et l’adhésion à des réseaux sectaires très éloignés du bien commun.
Les revendications des milliardaires du web s’affichent dans le plus parfait cynisme au point de nier le besoin d’Etat, en quelque sorte la main qui les a nourris. La valeur première est pour ces rares élus la liberté individuelle certes mais pratiquée dans l’entre soi résidentiel loin du bruit et de la pollution générée par leur exemple. La crise sanitaire qui impose le télétravail, la visioconférence, le click & connect, le drive-in ajoute une dimension supplémentaire aux usages auparavant ludiques des internautes mordus d’Instagram, de Twitter et autres plates-formes d’échanges entre particuliers.
C’est une alerte de plus, bien documentée, lancée dans un style direct et facile à lire par le journaliste et animateur TV François Saltiel.