Le cheval des Sforza
de Marco Malvaldi

critiqué par Elko, le 5 avril 2021
(Niort - 44 ans)


La note:  étoiles
Tela milanese
En cette année 1493, Ludovic le More a fort à faire à Milan. Il doit légitimer et protéger son titre ducal tout en ménageant ses relations avec ses alliés, notamment Charles VIII qui a des vues sur Naples et le duc de Ferrare qui espère mener les troupes du roi français.
Quand un mystérieux cadavre est découvert dans la cour de son château, il fait appel au génie de Léonard de Vinci, qu’il a déjà sollicité pour des commandes artistiques mais aussi pour des missions plus confidentielles.

Marco Malvaldi a très bien réussi ce mélange de genre historique et policier. Même s’il termine habilement par le chapitre « un livre bourré d’erreurs », il est très convaincant dans sa restitution de la cour des Sforza, des enjeux religieux et politiques de l’époque ainsi que des rouages de la banque dont l’importance grandit.
L’enquête est prenante, parfaitement intégrée dans le contexte historique sans l’étouffer, bien ficelée et intelligente, offrant son lot de surprises.
Enfin il serait incomplet de ne pas parler de la couleur donnée au roman. Le style enlevé voire irrévérencieux de l’auteur, son humour, ses apartés au lecteur, ses transitions oulipiennes, sont bien équilibrés par une qualité littéraire maîtrisée.

Ce livre a comblé cette partie du lecteur en moi qui aime découvrir et se divertir, sans se compromettre.