L'ère de l'individu tyran: La fin d'un monde commun
de Éric Sadin

critiqué par Colen8, le 23 février 2021
( - 80 ans)


La note:  étoiles
Ensemble pour panser le « monde d’après »
Comment en sommes-nous arrivés là ? Des promesses de lendemains glorieux à l’effacement des idées même de progrès, à la défiance envers le politique, au rejet des élites de tous bords, à un nombrilisme sans frein parfaitement orchestré en même temps que soumis à la douce dictature du numérique pourvoyeur d’une apparence de puissance individuelle au prix d’une perte de liberté ? Le recul sur les soixante années passées suffit à Erin Sadin pour présenter habilement les occurrences successives de ruptures brutales mal perçues quand elles ont eu lieu. Qu’il suffise de se souvenir de l’enchaînement de ces dates clés sans les détailler : 1967, 1968, 1973, 1974, 1979, 1981, 1989 et la suite.
Mises en correspondance avec les pouvoirs sournois issus des révolutions technologiques accélérées depuis 1995 : internet, les réseaux sociaux, les smartphones, les velléités du trans-humanisme, ces ruptures ont contribué à dissoudre les liens et les valeurs constitutives de la vie en société. Un peu partout des groupes de personnes se sont laissé enfermer dans des bulles de puissance virtuelle dont ils s’évadent par la violence comme exutoire aux frustrations accumulées. Alors qu’a déferlé la pandémie Covid-19 sur un monde en plein désarroi il est temps d’être responsable en s’engageant individuellement et collectivement à porter remède au tableau d’un futur possible alarmant.