Le nouveau désordre numérique: Comment le digital fait exploser les inégalités
de Olivier Babeau

critiqué par Colen8, le 13 février 2021
( - 80 ans)


La note:  étoiles
Avertissement aux démocraties
Le gigantisme des rares gagnants de la net économie, la rapidité avec laquelle ils ont atteint des sommets de valorisation boursière(1) a de quoi inquiéter les autorités de régulation(2). Leurs modes de fonctionnement apparentés à ceux de prédateurs économiques les ont rendus collectivement dangereux à plus d’un titre :
- par un immense pouvoir acquis avec les profils, les attentes et les préférences de milliards d’individus
- par les algorithmes de récompense virtuelle n’ayant d’autre but que de fixer l’attention des adeptes du clic et à les entraîner à de sévères addictions
- par des bénéfices faramineux sans redistribution autre qu’aux heureux actionnaires et dirigeants
- par des techniques d’évasion fiscale privant de revenus substantiels les états où ils opèrent
- par la fracture numérique entre des jeunes virtuoses du clic, et des moins jeunes(2) ne possédant que de vagues notions des enjeux
- par la raréfaction de l’emploi pour les moins qualifiés, l’appauvrissement et la contraction de la classe moyenne, les hauts salaires pour les autres surdiplômés tirant le meilleur parti de la mondialisation
- par des barrières à l’entrée capables d’absorber ou de faire disparaître la concurrence.
Comme toute hégémonie, celle-ci atteindra-t-elle ses limites assez tôt pour éviter aux démocraties d’être réduites à l’impuissance, prélude à la déstabilisation ou pire à la désintégration ? Le risque existe de voir les votes des réseaux sociaux anti-élites aller vers des démagogues manipulateurs arguant de la sécurité pour instaurer de nouvelles formes de totalitarisme. Avec les outils technologiques(3) à disposition pour contrôler les comportements rien ne les empêcherait d’enterrer la liberté si chèrement acquise.
Les réflexions proposées par Olivier Babeau étayées par des références historiques, économiques et sociologiques sont une bonne synthèse facile à lire pour un profane. La pandémie Covid-19 lui apparait comme un amplificateur de ces sujets d’inquiétude déjà largement abordés depuis quelques années.
(1) valorisation croissant comme le carré du nombre d’utilisateurs
(2) à ceci près que seulement 5% parmi les députés qui votent les lois seraient familiers du numérique
(3) IA de reconnaissance faciale, censure des contenus, dénigrement des médias d’information, infox prêtes à l’emploi.