Les spermatozoïdes tournent toujours à droite et autres bizarreries du corps humain
de Nathan H. Lents

critiqué par Colen8, le 11 septembre 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
« Vous avez dit bizarre ? »
La liste est longue des handicaps hérités par l’espèce humaine dans des suites de mutations aléatoires filtrées en dépit du bon sens par la sélection naturelle, non sans rappeler le refrain de la chanson populaire(1) « j’ai la rate qui s’dilate… ». Des os inutiles dans la cheville et le poignet, des articulations fragiles du genou et de la hanche, la nécessité de ménager son dos sous peine de se retrouver plié en deux, la vision entravée par le montage à l’envers de la rétine, un ADN encombré de séquences incompréhensibles et de masses de vieux virus, un système immunitaire trop ou pas assez sensible, des biais cognitifs conservés depuis la préhistoire inadaptés à la technologie actuelle, une difficulté à la reproduction sans commune mesure comparée à celle des mammifères, l’incapacité à synthétiser naturellement certaines vitamines, minéraux et acides aminés indispensables à la survie. Aucun de ces ratés de l’évolution n’a cependant empêché l’être humain de conquérir l’espace environnement et au-delà. D’où lui vient son intelligence ? Bien malin qui le sait. Rigolo dans la forme, rigoureux sur le fond on en apprend sur nous en s’amusant.
(1) Composée en 1934 par Gaston Ouvrard sous le titre « J’suis pas bien portant ».