Patients zéro
de Luc Perino

critiqué par Colen8, le 9 décembre 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
Sans les patients comment faire progresser la médecine ?
Un hommage est ici rendu à l’ensemble des patients qui ont énormément servi la médecine sans le vouloir ni le savoir. L’appellation « patients zéro » vient de ce qu’ils sont à l’origine de la description de pathologies encore mal connues, de symptômes inexpliqués, d’épidémies nouvelles ou mal comprises. Une vingtaine de ces cas sont répertoriés, tel celui de cette jeune Pakistanaise des années 1940. Eprouvant de grandes difficultés à parler elle a permis 50 ans plus tard de découvrir chez ses descendants pareillement atteints le gène FoxP2 contrôlant en partie le langage. En remontant la piste de la grippe espagnole, son origine serait la conséquence du transport de soldats américains du Kansas venus combattre en Europe.
L’enseignement tiré par le clinicien Luc Perino de ces recherches a suscité chez lui quelques réflexions à caractère caustique ou railleur sur le dévoiement de l’éthique de soin, le marketing intensif des médicaments en lieu et place du service rendu, les rêves d’immortalité ou à défaut de transhumanisme. C’est ce qui ressort de la maladie d’Alzheimer identifiée vers 1900. Donnant les signes de démence sénile à quelques sujets plus jeunes et sans autre traitement que des thérapies de confort elle tombe rapidement dans l’oubli pendant des décennies. Réinventée depuis une quarantaine d’années comme la plus fréquente des maladies en Occident elle fait depuis le bonheur de l’industrie du médicament.
On trouve des prolongements sur son site : https://lucperino.com/