Les robots, les hommes et la paix
de Timo Honkela

critiqué par Colen8, le 28 août 2020
( - 80 ans)


La note:  étoiles
Et si ça marchait ?
Les conflits de tous ordres, entre personnes, familles, voisins, communautés, nations naissent et perdurent à partir de causes tout aussi nombreuses : projections, frustrations, injustices, malentendus, ambiguïtés, humiliations, craintes ou volonté de domination. Le rôle des négociateurs consiste à ramener ces perceptions, ces sentiments, ces émotions à un niveau acceptable pour les parties en présence. C’est là qu’intervient la réflexion de Timo Honkela étayée par ses connaissances en humanités numériques, ses réalisations, sa pratique des cartes de Kohonen ou cartes topologiques(1). Il propose d’infléchir les développements stupéfiants de l’intelligence artificielle vers un but plus que louable bien qu’apparaissant encore utopique : la paix universelle ! La réduction de la violence pourrait résulter de ce que l’on pratique déjà. La juste combinaison des sciences cognitives, humaines et sociales, de la linguistique, des machines auto-apprenantes constituées de réseaux neuronaux multicouches, de la traduction automatique servirait à développer des systèmes numériques d’aide à la négociation dans un premier temps, de résolution des conflits ultérieurement. Un concept désigné par le terme hautement significatif : Machine de la Paix (Peace Machine).
(1) Pour un cours en texte, et un autre en diaporama sur les cartes topologiques et cartes auto-adaptatives :
http://cedric.cnam.fr/vertigo/Cours/…
https://samos.univ-paris1.fr/archives/ftp/…