La vengeance du dragon
de E. E. Knight

critiqué par Vieux Chat, le 30 juillet 2020
( - 42 ans)


La note:  étoiles
Une série qui gagne peu à peu en intérêt
Cet ouvrage regroupe les deux premiers livres d’une série de fantasy dont les protagonistes principaux sont des dragons. Le monde imaginaire dans lequel se déroule ces aventures fantastiques est un monde d’où les dragons ont presque disparu, tandis que les elfes, les nains, les hommes et les garnes cohabitent tant bien que mal.
A la mort de leurs parents – tués par une compagnie de nains – trois dragonnets vont être séparés et chercher à vivre leur vie du mieux possible, compte tenu des circonstances.
Le premier livre se glisse dans les pas d’Auron, un dragon mâle dont la caractéristique principale est de ne pas avoir d’écailles comme la plupart des autres. En revanche il possède une sorte de capacité lui permettant de se fondre dans l’environnement, comme le font les caméléons. Tout d’abord poursuivi par les nains qui sont venus tuer ses parents, il finira par beaucoup voyager tout en gardant comme objectif de comprendre pourquoi les dragons sont en voie de disparition. Lors de ses pérégrinations, il fera la rencontre de divers compagnons plus ou moins attachants et ses ailes le mèneront à la rencontre des diverses races qui peuplent ce monde fantastique.
Le deuxième livre suit les aventures de Wistala, un dragon femelle dont la principale caractéristique est l’ingéniosité. Lorsqu’elle se retrouve séparée de son frère, Wistala finira par être hébergée chez un elfe un peu étrange. La plupart des aventures se situeront dans son domaine et feront la part belle aux différentes inimitiés qui l’opposent au seigneur humain dont cet elfe dépend. Et les péripéties dans ce second ouvrage de la série sont bien plus prenantes et étonnantes que celles du premier.
C’est une lecture relativement facile. Les quelques rares mots spécifiques comme Saa et Sii qui représentent les pattes avant et arrière d’un dragon se font plutôt rares, et on les retient très vite car ils sont régulièrement utilisés.
Pour autant, le premier livre était assez fastidieux à lire car les rebondissements étaient assez rares, l’action relativement simple (une grande partie du début du livre consistera à suivre la fuite d’Auron) et les personnages peu attachants car la plupart d’entre eux ne restent pas très longtemps. Dans la deuxième partie du livre, l’auteur prend plus de temps pour laisser le lecteur découvrir les personnages gravitant autour d’Auron et cela relève un peu l’intérêt de l’histoire.
Il faut cependant noter que ce type de littérature s’adresse en premier lieu à des adolescents ou à des adultes découvrant le genre de la « Fantasy ». Ainsi la simplicité de l’intrigue principale et le peu de protagonistes n’est pas une mauvaise chose en soi. La lecture est plus plaisante à la fin du livre qu’au début.
Quant au deuxième ouvrage, celui qui suit les tribulations de Wistala, il est bien mieux écrit, et l’on rentre plus rapidement dans le vif du sujet : il n’y a pas à attendre longtemps avant de découvrir qui sera le principal antagoniste de l’histoire. De plus, il est facile de s’attacher aux personnages car on apprend à mieux les connaitre que dans le premier livre. Cela est dû au fait que la plupart du deuxième livre se passe au même endroit et fait intervenir régulièrement les même personnages. De plus certains personnages sont vraiment intéressants et l’évolution de Wistala est plus intéressante que celle d’Auron.