La sentence
de John Grisham

critiqué par Pascale Ew., le 19 juillet 2020
( - 53 ans)


La note:  étoiles
Un secret qui n'en finit pas...
Pete Banning a tué le révérend Dexter Bell de sang froid de trois balles à bout portant. Il refuse obstinément d’expliquer son geste et doit faire face à un procès qui lui laisse peu de chance de s'en tirer à bon compte, et ce malgré son passé de héros de la seconde guerre mondiale. Les deux enfants Banning craignent également pour l'avenir de leur propriété coloniale du Mississippi ainsi que leurs plantations de coton, la donation faite peu avant l’assassinat étant contestée par la veuve et son nouvel amant avide d’argent. Pendant ce temps, Liza Banning est internée dans une maison de fous et se débat avec la dépression.
Tant de malheurs pour un secret et un mensonge ! 500 pages pour apprendre la vérité dans les dix dernières pages, c’est très frustrant comme lecture ! La partie la plus intéressante est encore le cœur du livre où l’auteur raconte la guerre de Pete. L’horreur et les sévices inhumains et impitoyables infligés par les soldats japonais ne cessent de poser question…
Le secret est bien maintenu jusqu’à la fin, mais c’est quand même long. Je m'attendais à ce que l'auteur déroule petit-à-petit l'intrigue, parsème quelques indices tout le long du roman, mais ce n'est pas le cas. Tout se passe seulement à la fin.