Le cristala des jours
de Marcelle Pâques, Claude Donnay (Dessin)

critiqué par Débézed, le 5 juillet 2020
(Besançon - 74 ans)


La note:  étoiles
Le bonheur ça se mérite
Le bonheur c’est la vie, c’est fragile, alors quand on aime la vie comme Marcelle Pâques on le chérit, on le bichonne, on le câline, on le déguste à petites gorgées doucement pour le faire durer le plus longtemps possible. Claude Donnay dans sa préface écrit que « Ce recueil est un hymne à la vie, à la joie de vivre envers et contre tout », je partage volontiers ce jugement.

« Sous les projecteurs
Le bonheur entre en scène
Maladroit
Hésitant
Comédien débutant
Qui aurait oublié son texte ».

Le bonheur est fragile, il peut chanceler mais Marcelle reste toujours optimiste, elle sait qu’après les mauvais jours viennent les beaux jours et que « c’est en hiver qu’il faut croire au printemps » :

« Quelques flocons de fièvre
Prendre le mâle en patience
Le dégel est prévu ».

Le bonheur c’est aussi celui d’hier, celui qui nous a abandonné, celui que nous ne voulons pas abandonné.

« Un jour
Remettre ses pas
Dans les pas de mon père »

Le bonheur ça se mérite, Marcelle a su le mettre dans ses poèmes avec des mots doux, des mots tendres, des mots gais, des mots savoureux, des mots qui donnent envie d’être heureux.

« C’est tout un art
Etre heureux »