Phantastica: Ces substances interdites qui guérissent
de Stéphanie Chayet

critiqué par Colen8, le 21 mai 2020
( - 81 ans)


La note:  étoiles
Médecine de l’âme
Le tabou des drogues psychédéliques se soulève sous l’œil attentif de l’agence américaine des médicaments, la FDA. Après une percée dans les années 30 et 40 leur usage hallucinogène et festif s’est largement répandu dans les milieux hippies de l’après-68 jusqu’à leur interdiction absolue en 1977. Il s’agit de champignons naturels à base de psilocybine, de mescaline, d’ayahuasca mais aussi de substances synthétiques type LSD, MDMA/ecstasy, DMT, qui reviennent pour être expérimentés sur le système cérébral en milieu hospitalier. Prévus dans le cadre des soins palliatifs ils ont visé initialement à soulager les souffrances physiques et psychologiques de la fin de vie. Depuis lors psychiatres et neuro-cogniticiens sont tentés d’élargir leurs indications thérapeutiques :
- à l’angoisse des traitements des maladies graves à commencer par le cancer doublé de la crainte de récidive après rémission,
- aux stress post-traumatiques, aux phobies,
- aux addictions, alcoolisme, anorexie, troubles obsessionnels compulsifs.
La journaliste Stéphanie Chayet résidant à Brooklyn en a fait l’expérience personnelle en menant parallèlement une enquête aux Etats-Unis et ailleurs auprès des centres référents, des praticiens ayant dûment suivi la formation à l’accompagnement des volontaires ou patients auxquels sont administrées ces drogues, des coaches ou dits thérapeutes en développement personnel, des groupes underground bravant l’illégalité de leurs pratiques dans des lieux plus tolérants : Pays-Bas, côte ouest américaine, Mexique, pays andins.