Mirumo, Tome 8
de Hiromu Shinozuka

critiqué par Koolasuchus, le 22 mars 2020
(Laon - 31 ans)


La note:  étoiles
Quiz et pique-nique
Une nouvelle année scolaire va bientôt commencer, ce qui inquiète fortement Kaede et Azumi. En effet en changeant de classe il y a un risque qu'elles se retrouvent séparées de Yuki ! Mais tandis que la première refuse d'utiliser la magie pour influencer les événements, ce n'est pas pareil pour la deuxième...

Ce tome commence donc par un chapitre focalisé sur les efforts d'Azumi pour se retrouver dans la même classe que Yuki et ceux de Kaede pour la contrer. Bien évidement les muglins vont s'en mêler et encore une fois cela va se finir dans un grand n'importe quoi, mais c'est ça qui est drôle.

La suite du tome va par contre se révéler bien plus ambitieuse. En effet c'est désormais la rentrée et un nouveau venu, Ginga Hoshino, va s'intéresser de très près à Kaede. On pourrait penser encore une fois qu'un nouveau prétendant vient allonger la liste des concurrents de Yuki mais l'on va très vite se rendre compte que les intentions de celui-ci ne sont pas aussi sympathiques qu'il le prétend...

Depuis le temps que l'on attendait que l'intrigue principale avance, nous voilà désormais servi ! C'est en effet le retour de Monsieur Dark, le grand méchant de la série, qui décide d'intensifier ses attaques envers Mirumo, jusqu'à les mener à la confrontation directe ! Même si je trouve que certains passages, tel que le combat entre Mirumo et Monsieur Dark, sont vite expédiés, je suis content de voir enfin une véritable avancée dans l'histoire. Le personnage d'Hoshino est également une nouveauté intéressante avec une personnalité plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord, et l'on en apprend également un peu plus sur l'importance de Kaede envers Mirumo.

On termine ce tome avec une petite histoire bonus intitulé « Mumoderella », une réécriture de Cendrillon version Muglin qui ne manque pas de saveur et bien plus drôle que la version originale.

Après un septième volume un peu décevant, celui-ci permet donc de relever largement le niveau. Évidemment, même si l'intrigue a pris plus d'envergure, on reste dans une tonalité assez gentillette dans l'ensemble, mais l'histoire est sympathique et l'humour est toujours présent, que demander donc de plus ?