Mémoires apocryphes de Madame de Prie
de Sylvie Binet

critiqué par Poppysyl, le 17 février 2020
( - 68 ans)


La note:  étoiles
Mémoires apocryphes de Madame de Prie
A la fois réflexion sur le roman historique (ses limites) et travail sur la corruption – séduction – absence de subversion ; le livre s’inspire de la vie d’Agnès Berthelot de Pléneuf (1698-1729). Devenue Mme de Prie en 1713, sous la pression familiale et sociale, elle sera pendant dix ans la maîtresse de Louis Henri de Bourbon.

Exilée à Courbépine accusée à tort, de débauche, de malversations politiques et financières, Agnès de Prie mourra aveugle et abandonnée de tous dans des circonstances dramatiques. Mme de Prie sera le témoin et la conscience de son temps dans toute son innocence et son ingénuité . Elle dénoncera aussi par son attitude, en pleine époque des Lumières, un système politique et social qui ne sert que ceux qui l’ont façonné. Mme de Prie sera toute sa vie réduite à un point d’égarement ; et son ascension sociale fictive provoquera sa mort réelle et symbolique.