Éden
de Monica Sabolo

critiqué par Monocle, le 27 novembre 2019
(tournai - 60 ans)


La note:  étoiles
Déception !
Monica Sabolo nous projette dans un monde inconnu. Il s'agit selon ses termes d'une réserve composée d'une immense forêt, d'un lycée, d'un bar (le HOLLYWOOD) situé à l'écart (mais de quoi ?). On parle d'une ville, d'une autoroute et d'un gazoduc qui devrait traverser la grande étendue boisée. Pour le reste tout est vague.
Les acteurs sont composés des "blancs" qui gèrent la communauté et déboisent hardi-petit puis des autres, les indigènes... ceux-là !
Toutefois l'auteure parvient à glisser son récit. Je dois reconnaître une qualité d'écriture qui dessert bien la soif de détails qu'impose une telle ambiance. C'est bien le climat qui donne l’intérêt au texte
Nita, 15 ans, jeune fille rêveuse et solitaire, se lie d'amitié pour la très énigmatique Lucy. L'ambiance est glauque, alcoolisée. La sexualité est présente mais elle semble étouffée. Lucy va-t-elle trop loin dans ses rêves ? Des promeneurs la découvrent nue, tétanisée et silencieuse.

Qu'en penser. il s'agit d'un roman particulièrement sombre. La construction stylistique est assez touffue ! Des passages de qualité, certes, mais l'ensemble m'a semblé un peu brouillon. J'ai bien eu du mal à m'accrocher mais j'ai quand même réussi à y arriver. J'avais eu les mêmes difficultés pour SUMMER, paru chez Lattès en 2017.
Bilan : déception.