Un silence brutal
de Ron Rash

critiqué par Monocle, le 20 septembre 2019
(tournai - 59 ans)


La note:  étoiles
Dommage !
Les Appalaches sont à nouveau la terre d'accueil de ce nouveau roman de Ron Rash. Le shérif LES n'est pas loin de la pension, il a perdu en cours de route ses illusions et parvient à survivre en acceptant des compromis. Becky, son amie rêveuse, tente de sauver ce qui peut l'être.
Et voilà que le vieux Gérald, un ermite qui vit dans sa cabane loin de tout, se voit accusé d'avoir pollué la rivière avec du kérosène. En suivra un curieux scénario.

Curieusement une publication de Ron Rash qui dénote avec l'excellence des ses œuvres précédentes. Ses traductions qui habituellement étaient confiées chez Seuil (auparavant aux Éditions du Masque), celle-ci s’est perdue chez Gallimard ; ceci expliquerait-il cela ?
Donc voici un texte plus difficile ; les coutures sont brutes, il n'est pas facile de se retrouver dans le défilement de l'histoire. L'auteur y mêle une poésie toute en délicatesse. Pour vous en convaincre commencez par lire la dernière page ! (oui c'est étrange). On dirait qu'il était délibéré de présenter les choses à l'envers et de tout laisser tel quel afin que le lecteur puisse en extraire le jus !
Bilan : un peu déçu de cette lecture où il est difficile de trouver le fil conducteur. Absence de cette furie de lire des ses romans qui remuaient l’âme.
Dommage !