Le bruit du dégel
de John Burnside

critiqué par Jfp, le 8 septembre 2019
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)


La note:  étoiles
devoir de mémoire
Le récit est bâti autour de la rencontre improbable entre deux femmes que tout éloigne, l’âge d’abord, le mode de vie ensuite, mais qui vont fusionner pour accomplir ensemble un parcours les conduisant à ce que l’on pourrait appeler, hors de toute connotation religieuse, une rédemption. Kate poursuit des études chaotiques de cinéma, qui vont l’amener dans les bras de Laurits, un cinéaste réputé "génial" mais très porté sur l’alcool et les substances illicites. Pour Kate, c’est le début d’une descente aux enfers jusqu’au jour de sa rencontre avec Jean (prononcer "djinn", en traînant sur le "i"), une femme âgée et solitaire qu’elle est venue interroger au hasard d’une enquête sur les "histoires" que les gens ont enfoui au fond de leur mémoire. Et des histoires, elles vont en échanger, chacune se confiant à l’autre au travers de ces récits mettant en scène leur passé, avec ses splendeurs comme ses recoins les plus sombres. Le charme de ce roman, basé sur les récits des personnages (Jean, Kate puis Simon, le neveu de Jean qui fait son apparition en fin d’ouvrage), réside dans la profonde sensibilité et la justesse de l’analyse psychologique à laquelle s’est livré l’auteur. L’émotion affleure à toutes les pages, et la communion est totale avec les personnages, dont le passé, parfois tragique, rappellera à chacun d’entre nous qu’avancer dans la vie est avant tout un devoir de mémoire…