Bordelique Alchimie
de Marcelle Pâques

critiqué par Débézed, le 22 juillet 2019
(Besançon - 72 ans)


La note:  étoiles
Avec le temps tout ne part pas...
« Et si la vie n’était qu’une
bordélique alchimie… » ?

Voilà bien le genre de question auquel Marcelle Pâques ne nous a pas habitué, elle qui aime tant raconter les fleurs, le soleil, les petits oiseaux, son jardin, …

« Mais aujourd’hui….
Il y a le rire des fleurs dans la lumière
Et le chœur des oiseaux… ».

Elle écrit des vers avec des couleurs, des odeurs, des saveurs et parfois même une note de musique,

« Une note subtile
Un accord imprévu
S’empare de la ville
Presque à notre insu ».

Son optimisme débordant, sa joie de vire, son extase devant les prouesses de la nature pour nous séduire, dessinent un cadre enchanteur pour couler une douce vie dans le « cirque en plein air » qu’est notre existence.

« Le rire des étoiles
Egaie les spectateurs

La raison perd patience
Devant cette folie
La vie retrouve son sens
C’est le sens de la vie ! »

La vie n’est pas toujours celle qu’on cueille au jardin, celle qu’on lit dans les étoiles, celle qui chante dans les feuillages... c’est aussi celle de la douleur, celle du désamour, celle qu’il faut cependant toujours aimer pour ne pas sombrer,

« Le goût de la vivre, rayon essentiel de lumière
L’éblouissait encore ! »

Mais le temps n’arrête pas l’inéluctable défilement des ans entraînant l’érosion des corps et des esprits,

« Vieillir est un jeu d’enfant ?
Oui, mais le dernier jeu d’une étrange journée. »

Vieillesse souffrira des affres du temps mais l’amour jamais de s’usera et la poétesse toujours confiera ses sentiments à sa page,

« Voilà pourquoi j’écris !
J’écris pour vivre ».

Marcelle a bien raison de ne pas croire que l’âge altère les sentiments et elle a bien raison de penser que l’écriture est un art de vivre encore, de vivre encore mieux ! Rilke le lui a dit dans ses vers qu’elle nous confie.

Chloé des Lys