La fin des maladies ? : Une approche révolutionnaire de la médecine
de Laurent Schwartz

critiqué par Colen8, le 5 juin 2019
( - 81 ans)


La note:  étoiles
Le pari de la simplicité
La cellule, son métabolisme soit de fermentation comme chez la levure soit de combustion par la respiration des mitochondries, sont la base des travaux actuels du Dr. Schwartz. Connu pour ses résultats et ses publications antérieures en cancérologie il creuse désormais la piste d’une origine commune au vieillissement, à des maladies inflammatoires, métaboliques, cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques. Quelques facteurs seulement pourraient en expliquer la genèse selon les phases de combustion/fermentation entre lesquelles oscille la cellule : la pression osmotique, le rendement énergétique, l’acidité ou la salinité du milieu.
Laurent Schwartz se pose en lanceur d’alerte dans un domaine médical qu’il juge trop conservateur dans ses pratiques et ses institutions, trop protecteur à l’égard d’une industrie du médicament davantage orientée sur le profit que sur la guérison des patients. Il invite les chercheurs à tester par screening sur de vastes cohortes de volontaires des combinaisons de traitements simples connus de longue date et d’en partager les résultats. Les malades y ont bien évidemment leur rôle à jouer.