Le procès de Nuremberg
de Annette Wieviorka

critiqué par Veneziano, le 17 avril 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Comment juger les dignitaires nazis
Cette éminente historienne, spécialiste de la Seconde guerre mondiale, de la déportation, du génocide et des camps de concentration, se penche ici sur le jugement des dignitaires nazis, lors du procès de Nuremberg. Elle utilise un procédé purement factuel, fait de nombreuses et longues descriptions et de retranscriptions d'échanges lors des audiences, histoire de prendre la distance nécessaire à l'objet, afin de considérer la manière dont sont traités les accusés.
L'événement reste d'importance car il réactualise dans ses fondements la justice pénale internationale en posant les questions de ses garanties. La justice aux seules mains des pays vainqueurs ne permet pas d'établir à coup sûr la plus grande impartialité, là où des Etats neutres eussent pu paraître plus légitimes, car plus distanciés. Le résultat, par les décisions rendues, par leur nuance, a permis d'assurer qu'elles n'ont pas été rendues aveuglément et de manière sommaire.
Ce livre est intéressant psychologiquement car il montre le déni ou la sincérité des uns et des autres, l'affrontement de la chute politique et sociale et de la menace d'une peine de mort. Il concentre donc un moment important de l'histoire mondiale qui a le mérite de faire réfléchir sur la responsabilité des dirigeants politiques en temps de guerre. Il (me) paraît quasiment indispensable.