Les gratitudes de Delphine de Vigan

Les gratitudes de Delphine de Vigan

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Veneziano, le 14 avril 2019 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 944ème position).
Visites : 567 

Accompagner les personnes âgées dépendantes

Micha est installée en maison de retraite. Elle reçoit la visite de sa fille Marie, apprécie la compagnie de Jérôme, le jeune orthophoniste qu'elle trouve beau. Elle semble accompagnée au mieux dans sa fin de vie ; toutefois, elle ne vit pas au mieux cette phase d'existence. Elle confond et perd les mots, s'en rend compte, culpabilise de ne plus servir à rien et rêve que la directrice vienne lui reprocher de devenir un fardeau, pleinement à charge. Sa survie à la traque de la Seconde guerre mondiale la ronge, n'ayant pas revu des proches ni n'ayant pu remercier le couple qui l'a hébergée et sauvée.
Ce roman doux-amer est truffé tant de dialogues que de tendresse triste. Emouvant et touchant, il illustre le phénomène de la dépendance, de la déchéance perçue. Non moralisateur, plus centré sur la description et l'échange, ce roman reste avant tout rude mais beau, l'auteure appréciant revenir au traitement fictif de l'action sociale. Je le recommande.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mercitude

8 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 52 ans) - 10 juin 2019

Michka est une vieille dame. Elle vient de tomber chez elle et ne peut plus vivre seule. Elle n’a pas d’enfants, mais Marie qui lui en tient lieu car elle l’a gardée dans son enfance alors qu’elles vivaient dans le même immeuble. Mais Michka ne veut pas être une charge et donc habiter chez Marie. Alors elle entre en maison de repos… où elle rencontre Jérôme, un orthophoniste au grand cœur, qui l’apprivoise. Car Michka perd les mots. Petit-à-petit. Le combat est inégal. Malgré l’aide de Jérôme et toute la bonne volonté du monde, ils s’échappent et s’enfuient.
L’auteure n’élude pas les affres de la vieillesse, de la déperdition ; au contraire, c’est le thème de son roman. Mais elle insiste sur ce que nous devons aux « vieux » (« Vous dites bien « les jeunes », non ? Vous ne dites pas les « personnes jeunes » ? ») et sur l’urgence des mercis à dire. Elle en profite pour dénoncer certains mauvais traitements ou comportements de soignants, par exemple dans la personne d’une directrice qui « recrute » ses patients en leur faisant passer une interview pour évaluer leur possibilités d’évolution et de rendement et qui revient régulièrement hanter Michka.
Ce roman est une lecture agréable, se lit très vite, passe un peu trop vite. Les personnages sont touchants de vérité.
Les confusions verbales de Michka donnent lieu à des mots cocasses et permettent une grande liberté à l’auteure qui en joue (ex. : « résistant » pour « résident », « fauteuil croulant »…).

Merci !

10 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 57 ans) - 10 juin 2019

"Gratitudes" de Delphine de Vigan (173p)
Ed. JC Lattès

Bonjour les lecteurs ….
Quel plaisir de retrouver Delphine de Vigan.
Dans son précédent roman " Les loyautés", l'auteure abordait le problème de l'alcoolisme chez les ados
Cette fois, elle nous plonge dans les méandres de la vieillesse.
Michka est une petite vieille qui commence à perdre ses mots et son autonomie.
Pour sa sécurité, elle se retrouve en Ehpad.
Très vite, la descente dans l'oubli des mots s'accélère, la vie commence à s'échapper, l'effroi s'installe puis la résignation.
Nous suivons Marie, jeune femme proche de Michka, et Jérôme son orthophoniste
Tous deux assistent à la chute de Michka de façon impuissante.
Il reste cependant un dernier geste que la vieille dame veut accomplir.
Un merci à transmettre, une gratitude, une reconnaissance.
Delphine de Vigan nous met en face du problème de la vieillesse, de leur accueil en EHPAD qui n'est pas toujours très rose, mais surtout, elle nous met face à notre passé.
Prenons le temps d'analyser nos douleurs, de les accepter.
Apprenons à pardonner si il le faut , et surtout à dire merci.
"Merci", ce joli nom employé de façon machinale, plusieurs fois par jour.
" Merci" ce petit mot automatique.
Réapprenons à dire un "Vrai merci", aux personnes aimées, celles qui ont compté.
Ce petit mot de 5 lettres qui peut nous éviter les regrets avant qu'il ne soit trop tard.
Ce roman est à la fois triste et drôle.
Nous sourions des mots emmêles de Michka et notre cœur se serre face à cette vieillesse désemparée.
Prenons le temps de dire MERCI et d'exprimer notre gratitude à ceux que nous aimons. Le temps est inflexible et passe bien trop vite.
Loin de sombrer dans le pathos, ce court récit nous emmène au fond de nous-même
MERCI Madame de Vigan !

Forums: Les gratitudes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les gratitudes".