Ma mère à toute allure
de Yū Nagashima

critiqué par Catinus, le 15 février 2019
(Liège - 69 ans)


La note:  étoiles
iiiiii !
Deux nouvelles. Dans « le chien dans le side-car », on fait la connaissance de Kaoru, une jeune enfant, de son petit frère, de son père et sa maîtresse Yoko. La maman est partie Dieu sait où et revient à la fin de l’histoire. Yoko s’en va.
Dans « Ma mère à tout allure » le narrateur est un jeune garçon Makoto qui raconte sa mère.
Il ne se passe rien de transcendant.
Les Japonais sont tout de même des gens très bizarres et surtout impénétrables pour la plupart des occidentaux (dont je fais partie).