Balle tragique pour une série Z
de Roger Seiter (Scénario), Pascal Regnauld (Dessin)

critiqué par Shelton, le 12 février 2019
(Chalon-sur-Saône - 63 ans)


La note:  étoiles
Un très bon album, une one-shot de qualité !
Bien sûr, si je vous dis qu’une actrice s’écroule atteinte d’une balle réelle lors d’un tournage à Hollywood au sein des studios Disney… vous allez trouver cela très étrange ! D’ailleurs, il s’agit bien d’une histoire Treize étrange, label appartenant aux Editions Glénat qui fête d’ailleurs leur anniversaire cette année… 50 ans d’éditions !

Mais revenons à notre mort très étrange que l’on va vite pouvoir qualifier de meurtre. Nous sommes au cœur du tournage de la série mythique « Zorro ». Vous savez cette histoire incroyable d’un justicier masqué qui défend le pauvre et l’opprimé, la veuve et l’orphelin et, aussi, le pouvoir de l’Espagne au sein de cette jeune Californie… J’avoue que cette série est pour moi mythique et culte… Ce n’est pas, vous vous en doutez bien à cause du suspense insoutenable, de l’issue improbable de chaque épisode ou en raison de la bêtise crasse de Garcia et de Reyes. ! Non ! C’est tout simplement parce qu’il s’agit de mon premier souvenir télévision du temps où j’étais invité comme plusieurs enfants de mon quartier à venir voir tous les quinze jours l’épisode tant attendu de notre série… Oui, à cette époque, il fallait attendre deux semaines pour découvrir la suite des aventures de notre héros… Et il y eut ainsi 78 épisodes ! Je soupçonne le scénariste Roger Seiter, scénariste de cette histoire en bande dessinée, d’avoir le même âge que moi ou presque et de rendre hommage à sa façon à une série TV de son enfance…

Donc, revenons au tournage de cette série Zorro et à notre bande dessinée du jour, une histoire complète en un seul album, une histoire policière, je dirais même une histoire noire et cruelle à ne pas mettre dans les mains des enfants en bas âge… Nous allons suivre un personnage, Jimmy White, acteur de second rôle apparemment inventé par les auteurs de la bédé. Cet acteur est là parce qu’il manie très bien le fleuret ce qui était aussi le cas de Guy Williams, l’acteur phare de la série, celui qui incarne Zorro. Les combats sont difficiles car comme c’est très bien expliqué dans la bande dessinée, on se battait avec des armes réelles, sans protection spécifique… Parfois les coups portaient et même Guy Williams a été blessé deux fois… Or, lors d’une belle bagarre dans la taverne, une des figurantes, Sally Davis, s’écroule touchée par une balle…

Mais voilà, Sally Davis était celle qui donnait encore un peu de goût à la vie de notre ami Jimmy White. Il faut dire que ce dernier avait perdu le grand amour de sa vie – disparition mystérieuse – et même le jeu ne suffisait plus à le motiver… Il ne lui restait que des dettes… Ah, j’oubliais, il y avait aussi son agent, une certaine Brenda Thomson… D’ailleurs, s’il avait dit oui, elle n’aurait pas dit non… mais c’est probablement une tout autre histoire !

Voilà, les choses sont posées, il ne reste plus qu’à voir comment chacun va réagir à ce crime et découvrir comment la police mènera l’enquête. Attention, ce n’est pas réellement une bande dessinée classique – dans le dessin comme dans l’enquête, dans les couleurs comme dans la narration graphique – et les lecteurs peuvent être surpris. Je pense en particulier à ceux qui n’aiment pas les enquêtes stéréotypées, statiques et sans trop de surprises… Ici, rien de tout cela et on n’est pas dans Agatha Christie… peut-être plus dans certains romans noirs de Charles Exbrayat… Enfin, vous jugerez par vous-même !

Les personnages sont bien attachants et on finit même par trouver ce pauvre Jimmy White sympathique malgré le jeu, l’alcool, la naïveté, le talent pour se mettre dans la panade, le manque d’ambition et le manque d’énergie… Quoi que… Attention, le lion pourrait bien surgir du chat qui ronronne… Allez savoir !

J’ai beaucoup apprécié cette histoire noire et dramatique, mais j’ai beaucoup aimé le second degré qui se glisse un peu partout, cet hommage déguisé à la série Zorro, le talent de Roger Seiter pour produire des scénarii au cordeau, le dynamisme de la narration graphique de Pascal Regnault… D’ailleurs, ce dernier viendra en séance de dédicaces à la librairie L’antre des bulles de Chalon-sur-Saône le samedi 16 février à partir de 15h… Un rendez-vous à ne pas manquer !