Histoire du poète qui fut changé en tigre
de Atsushi Nakajima

critiqué par Cyclo, le 30 juillet 2018
(Bordeaux - 74 ans)


La note:  étoiles
Fantastique
Ce recueil de contes et nouvelles comprend les récits écrits par Nakajima dans les six mois qui précédèrent sa mort prématurée en 1942 à trente-trois ans.
J'avais déjà lu de cet auteur un très beau récit biographique sur les derniers temps de Robert-Louis Stevenson : "La mort de Tusitala".
L'auteur, élevé dans une famille d'érudits confucianistes, connaissait les classiques chinois et aussi la littérature grecque ancienne et les littératures européennes.
Ici, il s'inspire de contes fantastiques anciens, comme dans la nouvelle qui donne son titre au recueil : le poète Li Zheng finit par devenir un tigre, par incapacité de créer, ou dans "L'homme-buffle" et "Le maître fabuleux" où un tireur à l'arc émérite finit par se convertit au non-agir. D'autres nouvelles, tout aussi fantastiques, s'inspirent de l'assyriologie ("Fléau des lettres"), d'Hérodote ("La momie", où l'on voit un officier de Cambyse découvrir une momie qui n'est autre que celle d'une de ses vies antérieures, et "Possession", encore l'histoire d'un poète).
"Le bonheur" s'inspire du passage de l'auteur aux îles Palaos et de sa lecture des "Pensées" de Pascal : on y voit un maître tyrannique et son humble serviteur qui échangent leur vie dans leurs rêves respectifs. Magnifique !
Un pur moment de lecture...