Ne dis pas que tu aimes ça
de Céline Tran

critiqué par Hexagone, le 17 mars 2018
( - 47 ans)


La note:  étoiles
4 rue des cigognes ...
Je ne suis pas un saint mais je ne suis pas un adepte de cette forme de cinéma.
Je n'ai jamais vu la dame dans ses prouesses. Je l'ai connue malgré moi, sur les affichages des marchands de presse.
Bref je connais sa bobine et sa réputation , cela me suffit.
Je l'avais entendue dans une émission radiophonique il y a environ 10 ans et son témoignage m'avait interpellé.
Elle expliquait qu'elle faisait ce métier par goût du sexe, qu'elle était une étudiante modèle et que cet attrait pour la chose l'avait dirigée vers le milieu du X.
Cela m'avait interpellé, elle paraissait sincère.
Donc, son livre devait me permettre d'en savoir davantage sur ce milieu et surtout ce qui m'intéressait c'était la raison qui pousse une fille de bonne famille à devenir l'égérie numéro 1 du genre.
Téléchargeant mon livre électronique, je me dis au regard de la couverture Encore une édition bâclée avec des coquilles car on m'appelait Katsuni et non katsuMi !!!
Que nenni, la dame a écopé d'un procès d'une personne qui se nomme réellement katsumi et l'a attaquée en justice car elle aurait souffert de l'utilisation de son nom.
Bref, notre hardeuse a dû modifier son pseudo et l'édition électronique est sauve de mon jugement hâtif.
Céline Tran de son vrai nom nous ouvre son cœur, sa change, et nous dit presque tout sur sa vie et son itinéraire dans le X.
Etudiante de sciences Po Grenoble, issue d'une famille bien sous tout rapport, fille d'un père réfugié vietnamien, que s'est-il passé ?
Et bien Céline a été attirée au cours d'une sortie en boîte de nuit avec des amis par une gogo-danseuse.
Cette fille réservée a ressenti un appel.
C'est cette danseuse qui lui a mis le pied à l'étrier, puis les streap-tease en boîte, les photos de charme et enfin le X se sont enchaînés.
Il faut le savoir Katsumi a bénéficié d'une carrière exceptionnelle, chose que j'ignorais. Elle a tourné avec les plus grands du genre, a reçu moult prix et a trôné au top pendant une dizaine d'années, faisant même une carrière américaine avec les meilleurs maisons de production du genre.
Il semblerait qu'elle était particulière, que son véritable talent aurait été qu'elle ne jouait pas la comédie.
Elle nous apprend qu'elle recherchait un contact émotionnel avec son ou ses partenaires.
Qu'elle s'engageait physiquement de manière entière, sans réserve, que cela surprenait ses collègues.
De plus elle y prenait beaucoup de plaisir.
Je cite " Jai besoin de m'emplir du corps des autres, et je ne saurais expliquer pourquoi. Chaque jour où je ne touche personne peut me rendre folle. Et, lorsque le contact est là, il le faut de plus en plus fort, intense, dans un besoin presque vital de fusion et de transe".
Egalement " Travailler. Moi je veux juste continuer de m'épuiser dans la sueur des autres... je tâtonne, trébuche -peu importe. Pour l'instant, c'est seulement ainsi que je parviens à me sentir vivante".
Mais elle élude certaines choses qu'elle n'a pas dû vivre en qualité de super star mais qu'elle a dû connaître.
Car le X est une industrie, elle ne nous parle pas de toutes les smicardes du genre, des heures de tournage, des sévices reçus, elle n'en évoque qu'un dans son livre, un acteur qui serait allé trop loin sur un tournage avec Siffredi. Même lui qui n'est pas le plus doux a reproché à l'acteur son comportement avec Katsumi.
Les tournées dans les festivals avec les fans hystériques, les tournages et la vie sentimentale sont abordés très franchement.
Ce dernier thème aurait pu être davantage développé. Car on le voit, ce n'est pas simple d'avoir une vie amoureuse lorsque l'on est hardeuse.
Les passages sur sa vie de famille sont touchants, ses parents ont quand même ignoré durant longtemps le métier de leur fille.
A un moment elle écrit :
" Mais pourquoi fais-tu ça ?" lui demande son père.
Elle répond " Pour le plaisir papa".
Je pense que c'est cette phrase qui résume l'atmosphère du livre et de la carrière de Katsumi.
Ce qui est surprenant c'est la faculté de ces gens à séparer mentalement leur profession et leur vraie vie.
Et puis un jour, durant un tournage elle ne s'est plus sentie à sa place et elle a mis un terme à sa carrière.
Elle tente à présent une reconversion dans le cinéma .
Une autre phrase résume ce milieu et tous les fantasmes qu'il véhicule.
Je cite " J'ai 34 ans et je ne suis pas sûre de savoir faire l'amour ".
Peut-être que final Katsumi ne sait pas faire l'amour, je souhaite à Céline TRAN de le découvrir.
250 pages de lecture sobre, ne vous attendez pas à retrouver vos pages collées, surtout en version électronique. Pas de racolage, de la sobriété et surtout même si cela peut surprendre une forme de pudeur.
Mis à part le goût pour le sexe, je n'ai toujours pas compris comment on pouvait s'épanouir dans ce milieu qui n'est pas épargné par la convoitise, la cupidité et la jalousie.
Katsumi m'aura bien surpris au travers de ses mots qui révèlent l'itinéraire d'une hardeuse hors-norme qui me semble être l'arbre qui cache la forêt.
La jolie poupée qui masque l'horreur.
Je lui souhaite le meilleur.