Les léopards des neiges
de Anna Bengtsson, Anna-Karin Palm

critiqué par Sahkti, le 27 avril 2004
(Genève - 48 ans)


La note:  étoiles
Douceur et magie suédoise
Le léopard des neiges, j'ai fait sa connaissance il y a quelques années, dans la réserve naturelle suédoise de Nordens Ark à Hunnebostrand. Animal farouche et caché qu'il fallait guetter des heures, sans certitude de réussir à l'apercevoir. Il a fallu la chaleur et la proximité d'un gardien du parc pour qu'enfin l'animal apparaisse, beau, resplendissant, vision bouleversante d'une boule de poil sauvage au regard si doux.
Alors en farfouillant les rayons d'une librairie et en tombant sur ce titre, je n'ai pas résisté une seconde. Nostalgie avant tout, des souvenirs qui surgissent, l'envie de raconter une belle histoire à un marsupilami de cinq ans. Une acquisition coup de coeur qui ne m'a déçue en rien.
Ce livre est un conte composé de petits flocons de neige qui font briller les yeux et battre le coeur. Vous l'aurez compris, je suis sous le charme.

Anna-Karin Palm nous immerge dans un univers fantastique, étrange, si particulier, au langage coloré et poétique. Les léopards des Collines Blanches flirtent avec la neige qui les poursuit, les rattrape, les entoure de son manteau blanc, la plus chaude et douce des couvertures, un habile camouflage de surcroît. Rien ne permet de les distinguer du paysage, pas même leurs blanches moustaches. La nuit, ils se confondent avec l'obscurité.
Anna Bengtsson a créé une ambiance parfaitement adéquate à la situation, fidèle au texte, mélange d'étoiles brillantes et de flocons scintillants, le tout nimbé de douceur et de mystère. De la douceur, un mot qui revient souvent, celui qui reste à l'esprit quand j'ai refermé le livre la première fois.
Un conte suédois qui franchit enfin la barrière de la langue française, merci à Motus, vraiment.