Nuit
de Bernard Minier

critiqué par Free_s4, le 17 avril 2017
(Dans le Sud-Ouest - 49 ans)


La note:  étoiles
Julian Hirtmann
Présentation de l'éditeur
Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne de la base off-shore.
Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.
L'absent s'appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV
Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.
UN FACE-À-FACE ANGOISSANT

Après Glacé, récemment adapté en série pour M6, Le Cercle et N'éteins pas la lumière, Bernard Minier, auteur incontournable du thriller français, signe le grand retour du commandant Servaz. Les livres de Bernard Minier sont traduits dans dix-neuf langues.


On retrouve avec plaisir le commandant Martin Servaz
L'histoire commence sur une plate-forme pétrolière off-shore en mer du Nord.
L'inspectrice Norvégienne Kristen Nigaard va être emmenée en France porter main forte à notre commandant Servaz.
L'ombre du psychiatre Suisse Julian Hirtmann tueur en série, qui apparaît dans les trois premiers romans de Minier, plane tout le long de l'histoire.
Encore une intrigue bien ficelée, avec des rebondissements jusqu'au bout.
J'adore et attends avec impatience la suite des aventures du duo Servaz/Hirtmann.
Un bon Minier malgré tout. 8 étoiles

Il est vrai que l'histoire tourne beaucoup si pas principalement autour de Servaz. Mais, on attendait tous la suite des aventures de Servaz et l'auteur a décidé de modifier certains traits de caractère de son personnage central. Nous aussi, nous évoluons dans notre façon d'être.
Par contre, je suis d'accord pour dire que les actions du début du livre avec la poursuite sur le toit d'un train ainsi que l'action de fin de livre avec la greffe sont largement tirées par les cheveux et enlèvent une grosse part de crédibilité de l'intrigue.
Il n'en demeure pas moins que l'on ressent le besoin de lire jusqu'à la fin et c'est en soi un gage de qualité.

Usdyc - Bruxelles - 68 ans - 19 août 2018


C’est reparti pour un tour 8 étoiles

J’avais hâte de retrouver Servaz et son équipe et j’ai été plutôt servi. J’ai apprécié les nombreuses références aux romans antérieurs et l’univers toujours glacé dans lequel évoluent les personnages. Les dernières pages sont haletantes et donnent envie de lire la suite. Quelques bémols néanmoins sont à souligner. Il est dommage que tout soit tourné uniquement autour d’un Servaz désemparé et qui tient on ne sait comment sur ses deux jambes. Il est aussi regrettable que sa fine équipe ne soit pas plus mise en avant. N’en demeure pas moins un bon polar qui se lit très vite.

Seb - - 47 ans - 2 juin 2018


Un thriller sans foi. 7 étoiles

J’avoue que quelque part, cette suite de « Glacé » ne m'a pas entièrement convaincu. Peut-être de fait que Martin-Servaz se trouve abusivement impliqué dans cette histoire, aimantant ainsi un peu trop les emmerdes. Et aussi sûrement, que ce Hirtmann pour le moins machiavélique m’a rappelé cet ancêtre de Moriarty. Enfin des longueurs, de mon point de vue inutiles, m’ont agacé. Malgré tout, grâce au fait que nombres de passages m’ont fait dresser l’oreille ex : (Où Dieu, serait l’instigateur du (clair-obscur) m’ont intéressé. En définitif un thriller qui réjouira certainement les aficionados du genre, et un peu moins les autres.

Pierrot - Villeurbanne - 72 ans - 19 février 2018


Déception 5 étoiles

Je rejoins totalement Darkvador et son côté obscur concernant la déception de ce nouveau "Minier".
Les différentes réactions de Servaz sont pathétiques et ne collent pas au personnage que nous connaissons, mais à la limite ce n'est pas le plus dérangeant.
Le problème est l'absence d'intrigue, tout est donné dans la 4ème de couverture, rien de plus, rien de moins. Pas de rebondissements, seulement des réactions incompréhensibles de la part des personnages.
Je ne pense pas que l'auteur ait passé beaucoup de temps sur ce livre, tant les facilités de narrations se succèdent. ( je ne souhaite pas dénigrer son travail car j'imagine les difficultés à se renouveler et à faire toujours mieux)
Je ne suis pas un grand fan de cet auteur mais j'avais préféré ses autres livres, pour les prochains j'attendrai la publication en poche.

Zurco - - 39 ans - 12 mai 2017


Déçu!! Minier se moque de Servaz. 6 étoiles

J'attendais la suite des aventures de Servaz et de sa bande avec impatience mais la franchement je suis déçu par la tournure qu'a pris son personnage.
Au départ Servaz, c'était un bon flic qui prenait des décisions réfléchies pendant l'action, il travaillait avec une équipe pour qui on avait de l'empathie. Il était troublé des sentiments qu'il éprouvait pour Charlène la femme de son meilleur ami; il s'entendait bien avec sa fille qui aimait le faire tourner en bourrique.
Et bien avec "Nuit" Minier a détruit tout ça. En a plus rien.

Servaz d'abord est devenu une caricature entre James Bond et Austin powers!! En plus il agit et réfléchit avec un QI de 30. Il est également devenu superman. Il prend une balle en pleine tête (en agissant comme un c... ce qu'il ne faisait pas avant) se fait opérer d'une greffe de foie et malgré ça il court comme un cabri, couche avec une chelou qu'il connait depuis quoi? 48 heures, il ne s'entend plus trop bien avec sa fille. Son équipe n'apparait quasiment pas dans ce livre. Exit ses sentiments pour Charlene, oubliée la Marianne... Bref tout l'inverse.
En plus pour tout lecteur de polar digne de ce nom après avoir lu le prélude ben... tout le monde a compris. Pour celui qui a lu "Le Cercle" j'ose espérer qu'il y a vu l’incohérence totale avec l'histoire de "Nuit" je ne vais pas en dire trop pour ne pas spoiler mais ça ne colle pas avec ce qui arrive à la pauvre Marianne.
Toute son équipe est pratiquement inexistante dans cette histoire juste sur la fin du livre Esperandieu participe timidement à l'action.

Restent quelques bons moments dans ce livre la rencontre Servaz/Hirtmann même si là aussi c'est assez surréaliste à croire. L'écriture reste plaisante;
Minier nous livre quelques belles citations
Pour ceux qui n'ont pas lu les autres histoires avec Servaz, ils devraient sûrement apprécier le livre..

Darkvador - Falck - 56 ans - 4 mai 2017