Le goût du bonheur , tome 1 : Gabrielle
de Marie Laberge

critiqué par Leïa, le 15 février 2001
(Montréal - 47 ans)


La note:  étoiles
Gabrielle, ou l'art d'être femme
Mon objectivité face à l'oeuvre de Marie Laberge est douteuse puisque dès les premières pages du premier roman que j'ai lu (Quelques adieux), elle m'a transportée.
Gabrielle, c'est une mère de famille, une femme heureuse, comblée dans un mariage réussi, qui évolue dans l'époque révolutionnaire des années 30 au Québec. Durant cette importante crise économique, elle doit faire face à deux soeurs soumises aux lois de l'homme et de l'église, et elle est jugée quant à ses fréquentations. Son bonheur, considéré inapproprié, choque. Elle doit donc vivre dans ce monde où l'émancipation féminine n'est pas sans problème.
Au travers les différents personnages attachants peints par Marie Laberge (Nic, Edward, Adélaïde, Florent, etc.), on découvre la force de Gabrielle et on a envie de se joindre à elle pour défendre les droits des femmes à l'ascension du bonheur.
Ce bouquin est le cadeau que l'auteur s'est offert pour son 50e anniversaire. Cette saga fait partie d'une trilogie intitulée Le goût du bonheur. Les tomes deux et trois sont déjà écrits, ils se font attendre pour avril 2001 (Adélaïde) et novembre 2001 (Florent).
Bonne Lecture!
Gabrielle et son chum 6 étoiles

J’ai trouvé le début un peu long à se mettre en place mais une fois rentré dans l’histoire et les personnages j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver la belle Gabrielle qui fait tourner la tête des hommes (mais elle garde la tête froide et tout l’amour pour son cher Edward !). Le famille Miller est un véritable cocon de tendresse et d’amour en ces temps (déjà) troublés, à tel point que que c’en est presque trop. J’avoue honteusement par exemple que j’ai presque été content de l’incartade d’Edward justement avec la flamboyante Kitty : enfin un peu de piment me suis-je dit !

Le livre vaut surtout à mon sens pour l’arrière-plan historique et social du Quebec et du Canada des années d’après la Grande Crise que nous dépeint Marie Laberge, et que l’on connaît très peu en France : influence de l’église catholique, tiraillement entre anglophones et francophones, etc... En effet si les personnages que l’on observe grandir et évoluer sont globalement attachants, et que les péripéties familiales, amicales et sentimentales, de tout ce monde sont le plus souvent émouvantes et m’ont touché, le tout est malgré tout bizarrement parfois un peu lisse à mon goût, un peu trop feel-good peut-être (malgré la fin brutale du livre qui dépareille d’ailleurs beaucoup sur l’ensemble). Je ne lirais donc pas forcément les deux autres tomes de la série.

Fanou03 - * - 48 ans - 30 décembre 2021


Une pépite dont on ne se détache plus 10 étoiles

Ah Gabrielle! Quelle femme et quel destin! J'ai dévoré ce roman de 871 pages, quand même... Oui, certains passages sont un peu sentimentaux, mais ce goût du bonheur, qu'est-ce qu'il fait du bien! C'est simple, bien écrit, cette famille est complexe et parfois déchirée par la vie, alors on en redemande! Je viens de commencer le tome 2, et il est aussi prometteur. je sens que je vais avoir du mal à passer à une autre histoire après celle-ci...

Flo29 - - 52 ans - 13 novembre 2016


Vivement la suite! 9 étoiles

J'ai toujours eu un faible pour les longues sagas familiales, ces belles et dramatiques et palpitantes histoires étalées sur plusieurs générations. J'ai été servie avec ce premier tome de la trilogie du bonheur, cette fameuse saga de Marie Laberge sur fond historique québécois. Le souffle de l'auteure ne s'épuise jamais, les anecdotes et les rebondissements se succèdent à un rythme toujours constant et j'ai dévoré ce livre d'un bout à l'autre avec le même engouement tranquille. Je pardonne les passages un peu trop roses même si je comprends la critique. Vivement, vivement la suite qui m'attend déjà dans ma bibliothèque.

Gabri - - 38 ans - 3 septembre 2015


à dévorer ! 10 étoiles

Comment se décoller de ce bouquin quand il faut retourner au boulot ? Grand mystère. Malheureusement les nuits ne sont pas assez longues pour ce genre de drogue...

Cette première partie propose une très belle histoire féminine et féministe, ainsi qu'un tableau du Québec pour moi jusqu'ici inconnu : est-ce-qu'en France la société était si croyante et respectable des codes religieux à l'époque ?

Ces allées et venues entre les lacs me donnent une seule envie : partir et voir ces grandes natures de mes propres yeux.

Et la fin si subite nous plonge dans la prochaine tourmente : il me faut la suite, tout de suite !

Yotoga - - - ans - 3 juillet 2012


Mon billet sur Gabrielle 10 étoiles

...L'écriture est fluide, sans fioriture, la plume légère. L'auteur réussit à se moquer gentiment de l'absurdité de certains comportements humains et notamment de la perversité et de la xénophobie dissimulées sous les conventions et la religion. Un moyen de critiquer en particulier la vision étroite du catholicisme intégriste et de son rejet de tout ce qui est différent. Une bonne leçon de vie.


Certains passages feront tirer quelques larmes aux lecteurs les plus sensibles. ....

pour voir la suite de ma critique et partager votre passion du livre rendez- vous sur: http://artdelire.fr/article-le-gout-du-bonheur-683…

Missycornish - - 35 ans - 24 mai 2011


Beau roman 8 étoiles

J'ai carrément dévoré cette saga!

C'est si bien écrit et on n'a aucune difficulté a être pris par l'histoire, tant elle est envoûtante! Gabrielle, surnommée, L'estorlet =) a tellement de caractère, d'amour envers sa famille et en plus elle a une vie trépidante dans les bras de son mari! On passe du rire aux larmes tellement ce livre est prenant.
Il y a plein de rebondissements, on ne s'ennuie pas, au contraire =)!

Excellent bouquin! Je le recommande vivement!

Pitchou - Morges - Suisse - 34 ans - 10 mai 2010


lent mais captivant 7 étoiles

J'ai été un peu déroutée par ce livre dans la mesure où le rythme des évènements y est très lent mais décrit très bien des choses simples comme l'amour, la fidélité, la vie de famille, les mœurs passées d'une époque... Il y manque peut-être un peu de consistance mais pour plus de rebondissements, on trouve son compte dans le tome suivant...

Lileene - - 39 ans - 24 avril 2010


Très lent... 3 étoiles

Je n'ai pas trop aimé ce premier livre de la trilogie et je me demande même si je vais poursuivre cette lecture
Histoire lente, bien écrite mais que de redondances, de redites....

Mu1109mu - - 52 ans - 11 novembre 2009


Trop sentimental pour moi... et c'est paradoxal ! 7 étoiles

La trilogie débute au Québec vers 1930. Gabrielle a épousé l'homme qu'elle aime, et mène sa famille avec amour, bon sens, et une grande liberté par rapport à la condition féminine de l'époque; elle a la grande chance, en effet, d'avoir fait un mariage d'amour, et Edward, son mari, est très ouvert. C'est à travers ses yeux que nous traversons ces années tellement dirigées par le Clergé, entre histoires d'enfants, d'amour, d'amitié, combats pour améliorer la condition féminine, grande pauvreté, bonnes oeuvres, et la seconde guerre mondiale qui débute.

Une grande saga à saveur historique, qui parvient à nous embuer les yeux à plusieurs endroits, mais qui cède vraiment trop à la facilité à odeur Harlequin. Une multitude de points sont abordés, et parfois trop légèrement survolés par rapport à d'autres. Le style ne m'a pas convaincue du tout, mais toute la trame sociale en filigrane est passionnante et se dessine bien derrière l'angélisme des personnages.

En résumé, je m'arrêterai là avec cette trilogie, mais ne regrette pas mes heures de lecture pour autant !

Cuné - - 56 ans - 3 mai 2005