Kriss de Valnor - tome 4 - Alliances
de Yves Sente (Scénario), Giulio De Vita (Dessin)

critiqué par Vince92, le 1 novembre 2019
(Zürich - 43 ans)


La note:  étoiles
Convergences
Ce quatrième tome sert clairement de courroie de transmission entre la série mère et son spin-off. Après s’être emparée du Royaume du Nord-Levant, Kriss cherche désormais à s’imposer comme le recours des peuples vikings face à l’empereur Magnus venu des royaumes du Sud afin d’imposer leur religion et leurs mœurs aux peuplades vikings. Cependant, pour parvenir à exercer son autorité, elle doit tout d’abord parvenir à convaincre ses propres vassaux de sa capacité à mener leur armée unifiée et surtout composer avec le Roi-guérisseur qui est parvenu déjà à fédérer un certain nombre de royaumes vikings.
Le lecteur attentif des séries liées au monde de Thorgal ne sera pas surpris de découvrir l’identité de ce Roi-guérisseur. Yves Sente parvient grâce à de multiples contorsions au but qu’il s’était fixé avec cet album : parvenir à faire coïncider les deux flux scénaristiques et faire revenir dans la trame générale ses personnages fétiches qui sont Jolan et ses compagnons.
Selon moi, la succession de Jean van Hamme par Yves Sente à partir du tome 30 (Moi, Jolan) marque le déclin de la série mère avec des pistes scénaristiques peu convaincantes (l’arrivée de Manthor dans l’histoire, les Mages rouges, etc…). Sente était parvenu à donner un autre tour à cette série sœur qu’est Kriss de Valnor en renouant avec l’esprit des albums des années 80 (plus sombres, plus adultes) mais la réintroduction de Jolan et de ses compagnons fait ressurgir une tonalité plus légère, plus superficielle et le lecteur perd cette atmosphère qui est empreinte de cette noirceur et de cette étrangeté qui sont les marqueurs de la série.
Cependant, l’histoire générale est très intéressante : la conquête et l’évangélisation des royaumes nordiques par les royaumes du sud de l’Europe… il y avait là matière à tisser un scénario exceptionnel. Malheureusement, par les contraintes qu’il s’est imposées (la réunification des séries, l’exploitation de personnages anecdotiques), Sente manque partiellement le but… c’est dommage… Les dessins de de Vita sont très bons, rehaussés par la couleur impeccable.