L'oreille interne
de Robert Silverberg

critiqué par Fane, le 6 septembre 2003
(Nancy - 42 ans)


La note:  étoiles
La vie ratée d'un télépathe
Silverberg utilise ici la Science-fiction pour écrire un livre sur la télépathie. David Selig est donc télépathe, et raté sur toute la ligne ! Ancien professeur de littérature, il survit en vendant des dissertations aux étudiant à la fac de Lettres. La singularité de cet être "surnaturel" est qu'il a toujours mal vécu son don et n'a pas réellement su l'exploiter. Dommage ! Et d'autant plus que son pouvoir s'estompe de jour en jour, et ça aussi il le vit mal... Le livre est donc entièrement consacré à raconter la vie de cet être incompris et solitaire qui n'a jamais révélé son don au grand jour, l'ayant caché depuis l'enfance avec beaucoup de soin. Rares sont les livres sans scénario, mais ce livre raconte la vie d’un télépathe et c’est tout. Il décrit les conséquences d'une télépathie mal assumée et vécue comme un handicap : la culpabilité, le voyeurisme, les relations conflictuelles avec une soeur adoptive, l'incapacité d'aimer, mais aussi sa dépendance face à son pouvoir "extra-sensoriel". Très axé sur le sexe et les histoires sentimentales du personnage principal, on reste tout de même un peu sur sa faim en refermant ce livre basé presque uniquement sur la psychologie du héros.
Exploration... 8 étoiles

Comme souvent dans ce genre de science-fiction, il s'agit, à travers d'un cas hors-norme, d'explorer l'intérieur humain, la psychologie, et ici la télépathie n'est qu'un prétexte. Nous sommes face à un homme d'un quarantaine d'année dont le pouvoir est déclinant, et qui est en train de devenir un homme comme les autres. Il s'agit d'un récit introspectif qui questionne, avec une écriture fluide et dans un récit très bien conduit, les thème du vieillissement, de l'impuissance, de l'angoisse de vivre, etc...
C'est sûr qu'il existe plus démonstratif comme science-fiction, mais j'ai trouvé ce récit très intéressant...

Cecezi - Bourg-en-Bresse - 40 ans - 12 mai 2017


j'attendais mieux.... 5 étoiles

C'est le premier livre que j'ai lu dans l'année 2012, livre que j'ai lu très vite en 3 jours. Malgré tout le bien que j'ai entendu de l'auteur, et la critique que j'ai vu au dos du bouquin comme quoi il s'agit d'un grand roman psychologique de la SF; j'ai été fortement déçu.
Il est vrai que le thème de la télépathie est accrocheur pour les amateurs du genre, mais le personnage principal n'est pas convaincant. Sa vie paraît à certains moment trop pathétique pour être crédible.
Le début m'avait pourtant inspiré car l'auteur nous plonge dans la psychologie de David Selig qui a un pouvoir de télépathie.
Mais malheureusement au fil des pages, l'auteur nous plonge dans une succession de clichés, allusions sexuelles ridicules à n'en pas finir... Seul son humour à quelques reprise est légèrement convaincant
C'est fort dommage, j'attendais mieux de ce livre.
Pour tous les amateurs du genre je vous conseille de passer votre chemin et de lire "des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes!!

Cyrille75 - - 27 ans - 8 janvier 2012


Qu'il est bon de se vider la tête ? 8 étoiles

Je comprends les critiques formulées par Fane et Aubea mais peut-on croire que Silverberg ( auteur majeur de la SF ) se soit laissé aller à une histoire sans fond ?
Pour la part ; j'en doute .
Je pense qu'il faut y voir un message fort : ne sommes-nous que les pensées des autres ?
Qu'advient-il de nous si nous arrêtons de penser ( d'écouter ) les autres ?
L'extinction progressive du don de télépathe de David Selig est une bénédiction........... j'en suis certain !

Frunny - PARIS - 54 ans - 17 août 2010


Un peu léger 6 étoiles

Comme l'ont décrit les critiques précédentes ce livre raconte l'histoire d'un homme qui peut lire dans les pensées des autres et qui perd peu à peu ce pouvoir.

Le livre qui est raconté par le personnage principal (qui parle parfois de lui à la troisième personne) est quasi exclusivement une exploration psychologique du personnage principal : les problèmes que lui ont posés son "pouvoir" et la perte de repère engendrée par le dit pouvoir. Son pouvoir est en effet une bénédiction (qui n'a pas rêvé de pouvoir lire dans la tête des gens) et une malédiction car cela a fait de lui un être solitaire.

La question centrale est celle de l'identité, le personnage principal étant amené à perdre ce qui l'a toujours caractérisé et qui a fait de lui ce qu'il est.

"L'oreille interne" c'est une réflexion philosophique intéressante, comme souvent dans la bonne SF, une histoire qui se lit agréablement écrite proprement mais un livre qui manque un peu d'âme : le héros n'est ni antipathique, ni sympathique, l'utilisation qu'il fait de son pouvoir ni bonne ni mauvaise, les personnages secondaires sont plutôt fadasses... bref on s'ennuie un peu

CptNemo - Paris - 46 ans - 12 novembre 2008


Décevant 4 étoiles

Une idée intéressante plutôt mal desservie. C'est dommage

Aubea - - 33 ans - 3 mars 2008