Dans mon oreille de Philippe Annocque, Henri Galeron (Dessin)

Catégorie(s) : Enfants => 4-6 ans , Enfants => 7-9 ans

Critiqué par Sissi, le 18 septembre 2013 (Besançon, Inscrite le 29 novembre 2010, 50 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 3 251 

"Et puis un jour, dans mon oreille, je trouve mon oeil."

Lorsqu’il raconte la genèse de ce livre sur son blog, Philippe Annocque dit que ce dernier est finalement l’aboutissement d’un « croisement de circonstances (beaucoup plus qu’un concours) ».
Il y a d’abord l’envie d’écrire autre chose, quelque chose, peut-être, de plus abordable pour le plus grand nombre, qui commence à germer doucement.
Ensuite, à travers la plume- ou plus précisément le clavier- de Frédéric Forte, qui, -sur son blog lui aussi- jouait avec les mots selon une contrainte oulipienne, il découvre qu’un avion est une abréviation d’abréviation, que derrière les mots s’en cachent d’autres et qu’on peut écrire avec une gomme. Troublant. Troublant et magique.
Autre découverte qui va définitivement lancer le projet : « Et puis un jour, dans mon oreille, je trouve mon oeil. Mince alors. Il y était et je ne le savais pas ! »
Il décide alors d’écrire un livre pour enfants, et au delà, « un livre que tout le monde peut lire », contacte les Editions Motus qui valident le projet. Il commence à écrire des distiques, tâtonne un peu, puis est informé du désir d’Henri Galeron d’illustrer le livre, ce qui lui insufflera l’énergie nécessaire pour avancer et un élan de créativité fantastique.

Ca, c’est pour la petite histoire. Celle de l’auteur. Quand il a encore son mot à écrire.
Pour la grande, celle du lecteur, on évoquera plus particulièrement une très belle rencontre entre deux hommes, deux univers, deux personnalités, un auteur et un illustrateur, entre un artiste qui dit et un autre qui montre.
Sauf que celui qui dit n’est pas forcément celui qu’on croit, et inversement. Le texte recèle bien des mystères et autres trésors, et il faut le scruter avidement pour en percer tous les secrets, déchiffrer avant de comprendre, décoder avant de rêver. Le signifié dépend du signifiant.
Le dessin n’est pas apposé à titre décoratif ou explicatif, il évoque une (parmi mille autres) façon d’appréhender la phrase. Phrase tantôt poétique, tantôt ludique, tantôt philosophique (les pages 56 et 57 sont d’une grande charge émotionnelle et le -pourtant très court- texte pourrait faire l’objet d’un sujet de dissertation).
C’est donc un livre qui se redécouvre et se réinvente sans cesse, grâce à une magnifique symbiose texte/image qui laisse libre cours à notre imaginaire, et à une façon toute particulière de revisiter la lecture traditionnelle.
Une fois qu’on a mis son nez dans cette oreille, on ne voit plus les choses du même œil. Et ce pour toujours.

Ce qu’on retient, en lisant cette œuvre, c’est la manière originale qu’elle a de nous transposer dans un monde poétique.
Si on gomme le superflu de cette phrase, ça donne d’ailleurs : ce-li-vre-est-ma-gi-que.
Ce n’est pas un hasard.
Comme quoi les mots n’auront jamais fini de nous étonner.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Dans mon oreille

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dans mon oreille".