Ça aurait pu être le paradis
de Camilla Grebe, Åsa Träff

critiqué par Sahkti, le 4 juillet 2010
(Genève - 47 ans)


La note:  étoiles
Tension grandissante
Siri est psychiatre. Une femme en apparence forte et qui se révèle pourtant plus fragile qu'il n'y paraît depuis la mort dite accidentelle de son mari Stefan. Elle a fondé un cabinet de consultation avec deux amis proches, Aina la fidèle et Sven le dragueur. Le trio fonctionne +/- bien, avec des hauts et ses bas, et les patients se succèdent. Siri est spécialiste des troubles de la personnalité et elle croise au quotidien une jeune fille qui se mutile, un homme persuadé qu'il va tuer sa fiancée et une chef d'entreprise atteinte de boulimie. Entre autres patients parfois difficiles à gérer, surtout quand on est comme Siri, en proie à ses propres phobies, quitte à s'endormir toutes lumières allumées et toutes portes verrouillées.
Alors, lorsque le corps de Sara Matteus, sa patiente suicidaire, est retrouvé sur sa propriété, Siri commence à perdre les pédales. A cela s'ajoute la disparition de son chat Ziggy, ami de toujours, qu'elle découvre empaillé peu de temps après. Siri, qui a un penchant pour la boisson, prend la voiture un soir parce qu'elle vient de recevoir un coup de fil l'informant que Aina est à l'hôpital. La police l'arrête en état d'ivresse, il s'avère qu'Aina n'a jamais été hospitalisée et que quelqu'un en veut terriblement à Siri. Heureusement, dans ses malheurs, elle bénéficie de l'écoute et de l'aide d'un jeune policier compréhensif, mais les soupçons ne tardent pas à toucher tout le monde, y compris ses amis directs. Le cauchemar semble ne jamais devoir s'arrêter...

L'une des deux auteurs de ce roman est psychologue, traitant plus particulièrement des troubles neuropsychiatriques. De quoi expliquer sans doute la justesse de certains comportements décrits dans le récit et la précision des termes employés; cela donne beaucoup de crédibilité à l'ensemble et aide à s'immerger dans cette histoire de fous. La tension va crescendo, les rebondissements se multiplient et il est malaisé de deviner qui est qui et qui fait quoi tant les pistes se multiplient dès qu'on pense être sur la trace du coupable. Sur ce point, c'est très réussi, tout comme l'est la manière de poser l'ambiance, de créer une atmosphère oppressante qui finit par tout dévaster. Siri est attachante et agaçante à la fois, on a envie de l'aider et en même temps de la secouer, de lui balancer une claque en lui disant de se réveiller. Nous sommes loin de la pauvre petite femme fragile que tout le monde voudrait aider; elle a sa part d'ombre, ses défauts et ses travers lui donnent justement une allure humaine et sensible qui joue beaucoup dans le roman. Un bon frisson pour l'été !