Magasin général, tome 5 : Montréal
de Régis Loisel (Scénario et dessin), Jean-Louis Tripp (Scénario et dessin)

critiqué par Oguz77, le 15 décembre 2009
( - 46 ans)


La note:  étoiles
Crise à Notre-Dame-des-Lacs
Marie s'est laissé aller aux plaisirs avec Marceau et, quand la nouvelle se fait jour, c'est toute la communauté qui pousse sans le vouloir Marie à une exode forcé, direction Montréal. Le village doit donc faire avec ce magasin qui tourne au ralenti quand Marie découvre l'aventure urbaine.

Un nouvel épisode dans la vie de Notre-Dame-des-Lacs où l'on retrouve avec plaisir ce qui fait la singularité de cette bande dessinée : le climat que Loisel et Tripp ont réussi à créer et la proximité avec ces personnages débordants d'humanité.
Côté scénario, on voit bien que les jalons mis en place précédemment servent à alimenter la richesse des personnages et des relations qu'ils entretiennent les uns avec les autres. C'est moins vers Montréal que sont appelés les regards que vers les conséquences du départ de Marie. Du coup, c'est parfois le magasin qui manque, parfois Marie. Du côté de Serge, semble se profiler un truc pas très catholique avec le curé (à suivre manifestement au prochain épisode...).
Coté dessin, on est dans la même ligne, la même texture à laquelle nous ont habitués les auteurs. un dessin à la fois simple mais travaillé en profondeur par les retouches successives des deux dessinateurs. Un dessin sombre et gras, mis en valeur par le travail de coloriste de François Lapierre.

A signaler, la dernière planche qui nous invite très habilement à désirer la suite de l'histoire. Comme par magie, on se surprend à être prit par le suspense d'une histoire si simple, d'une tranche de vie québécoise. C'est toute la force de cette série qui fait de l'extraordinaire à partir de l'ordinaire.
Un tome bien plus riche que le précédent ! 8 étoiles

Marie et Marceau ont passé du bon temps ensemble, mais cette affaire est sue de tous. Marceau n'étant pas célibataire, cette relation est perçue comme scandaleuse. Marceau est considéré comme un bel imbécile et les coups pleuvent sur l'infidèle, Marie est snobée par les villageois car son attitude a déçu. Seul Serge reste à l'écoute de Marie et tente de lui redonner le moral.

Cette bande dessinée est dynamique et mêle à la fois des moments comiques et touchants. Les dialogues sont truculents et les dessins sont toujours aussi remarquables. Un soin particulier est apporté aux yeux des personnages, ce qui n'est pas pour déplaire au lecteur. L'expédition finale de Marie, sans en expliquer ni le motif ni le lieu, est plaisante par sa vivacité et par cette volonté de reconstituer une époque.

Pucksimberg - Toulon - 44 ans - 13 février 2013


Quand on arrive en ville… 9 étoiles

A cause d’une amourette avec le jeune Marceau, déjà promis à une villageoise, Marie va devoir affronter le vent mauvais du qu’en dira-t-on. Poussée à bout, elle décidera de s’exiler pour Montréal. Mais très vite, son départ va se répercuter sur la vie des habitants de Notre-Dame-des-Lacs. Le magasin, malgré la présence de Serge, se videra peu à peu de ses stocks… la pénurie guette. Pendant ce temps, Marie va découvrir les plaisirs de la vie urbaine…

Un tome à la hauteur des précédents, qui confirme qu’on tient là une bien belle série. Je vais me répéter en parlant de la beauté des images et des clairs obscurs, de l’accord parfait entre la drôlerie et l’émotion, et des personnages hyper attachants. Les auteurs savent user de l’ellipse avec finesse, chaque case racontant mille choses, que dire, c’est magnifique, c’est comme du bon cinéma, on vibre avec son cœur face à cette épopée villageoise ! A lire de préférence en écoutant l’album « Les Cinq saisons » d’Harmonium, groupe québécois…

Blue Boy - Saint-Denis - - ans - 31 mars 2012


pauvre Marie 8 étoiles

Marie, déconcertée par sa propre vie, et sans doute bien attristée par son quotidien se laisse aller à la faute irréparable : avoir des relations avec un gamin du village... la honte n'est pas loin et les commères du village sont là pour faire passer Marie pour une moins que rien... elle prend alors la fuite. C'est sans doute la meilleure solution. Elle doit se faire oublier, alors qu'elle cherchait juste à vivre, à retrouver un peu de vie, un peu d'espoir, un peu de sentiments. Et elle se retrouve condamnée à fuir. On prend forcément le parti de Marie dans cette histoire.

Magda - - 58 ans - 23 juillet 2011


Un peu déçue... 7 étoiles

J'ai été un peu déçue de ce tome. A ce moment de la série, je m'attendais à plus de rebondissements... J'ai tout de même aimé retrouver l'esprit de la série.

Anou - - 36 ans - 25 octobre 2010


Toujours un pur plaisir 10 étoiles

Dans la lignée des précédents, toujours magnifique d'un point de vue graphique et sentimental. Ce nouvel opus de ma BD culte m'a encore une fois ravie. Comme le dit si bien Oguzz7, nos 3 auteurs ont l'art et la manière de faire de l'extraordinaire avec le l'ordinaire. Les messages comme les satires passent. Tout en douceur, nous prenons conscience des défauts de la nature humaine comme les personnages se rendent petit à petit compte de l'importance de Marie dans leurs vies. Magique.

MEISATSUKI - - 47 ans - 13 janvier 2010