Le Voyage d'hiver
de Amélie Nothomb

critiqué par Maupale, le 22 août 2009
( - 39 ans)


La note:  étoiles
Il n'y a pas d'échec amoureux
Nous retrouvons Amélie, avec une histoire d'amour étonnante, une forme de laideur pour la "neuneu" mais également du tact et....en quelques mots du Amélie.
Les fans ne seront pas déçus. Pas de doute du Amélie.
Une histoire d'amour, Zoile devient légèrement aveugle, prêt à accepter l'inacceptable pour être avec son Astrolabe mais également son Aliénor ...
Accepte le pacte du début "une relation à 3"
De la laideur à travers cette romancière qu'est Aliénor...Le prix à payer pour être avec son Astrolabe... La différence est abordée avec délicatesse.
Un final comme Amélie les aime....Comme ses fans !!!!
Amélie, dis-moi, c'est pour quand ton nouveau grand roman ? 6 étoiles

Certainement du Nothomb pur jus, avec des personnages improbables aux prénoms sortis de romans ou d’histoires antiques. Une histoire non dénuée d’un certaine tentative philosophique, mais comme l'ont souligné Marsup et Lalie2548, un récit qui utilise un schéma éculé chez notre Amélie nationale. Pas mal, sans plus.

Pacmann - Tamise - 54 ans - 6 juillet 2013


déception 4 étoiles

Grande fan d’Amélie Nothomb je m'attendais à un très bon opus mais l'histoire d'amour est fade derrière tous les artifices, la fin est bâclée en une page bref je trouve ce livre très moyen et décevant; on dirait un remake d"Attentat".
En même temps je trouve qu'un livre d’Amélie Nothomb soit tu en sors déçu soit tu en sors bouleversé
Je lirai quand même son prochain livre.

Angelounona - - 26 ans - 25 août 2011


Pas mal mais répétitif! 7 étoiles

J'ai l'impression qu'Amélie Nothomb revient souvent avec les mêmes schémas au niveau des personnages. On les retrouve souvent avec les mêmes traits de caractère. C'est ce qui me dérange un peu car ça devient répétitif. Cependant, c'est pas mal comme lecture. On passe un bon moment mais ce n'est pas un coup de coeur du tout.

Lalie2548 - - 34 ans - 18 juillet 2011


Très moyen 4 étoiles

Cette fois-ci, je peux dire que je n'ai vraiment pas aimé cet opus d'Amélie Nothomb. Les personnages sont déjà vus, le côté choquant dans le traitement de la romancière "neuneu" (pour reprendre le mot du texte) ne va pas au-delà de la provocation. L'épisode du trip conduisant à la résolution finale est bien léger. Beaucoup de phrases pseudo-bien tournées sont risibles. Et quelques saupoudrages de références flatte-bourgeois qui sont autant de clichés (un coup de Schubert, un coup d'un phislosophe, etc).
Un des romans de l'auteur (et je les ai tous lus !) que je trouve les plus décevants. Il y a tellement de choses plus intéressantes à lire !

Cecezi - Bourg-en-Bresse - 39 ans - 6 juillet 2011


une moitié de roman vaut la moitié des points 5 étoiles

J'ai été un tout grand fan des dix premiers romans d'Amélie Nothomb. Certains d'entre eux sont cultes à mes yeux. Passé la première décennie, je pense avoir été atteint d'écoeurement. Pour me soigner, je l'ai laissée de côté quelques années. La semaine dernière, je me suis surpris à lire la quatrième de couverture de ce voyage d'hiver. J'ai tout de suite eu le sentiment que le temps était venu de renouer avec les écrits de l'ixelloise.
Je me suis félicité durant la première moitié du roman. J'ai retrouvé sa capacité surprenante d'utiliser le bon mot, la bonne description,la bonne tournure de phrase. Je me suis même surpris à souligner quelques phrases stupéfiantes (ce que je ne fais d'ordinaire jamais).
Sans rien dévoiler de l'histoire, retenez que j'ai complètement décroché à partir de l'épisode du psylo-trip. Jusqu'à l'ultime paragraphe, j'ai espéré me raccrocher à la locomotive, en vain.
Amélie Nothomb parle si bien de ses expériences personnelles... Au terme de ce roman, je suis convaincu qu'elle n'est ni toxicomane ni détraquée sexuelle!

AntoineBXL - Bruxelles - 40 ans - 15 juin 2011


D'une déception amoureuse à un détournement d'avion 8 étoiles

Agé d'une quarantaine d'années, Zoïle nous explique pourquoi il va détourner un avion de Roissy et le faire s'écraser sur la tour Eiffel. La tour Eiffel est en forme de A comme Astrolabe, la femme dont il est amoureux. Mais Zoïle n'a pu vivre pleinement son histoire d'amour car Astrolabe tient à s'occuper jour et nuit de la romancière autiste Aliénor Molèze dont il n'est pas parvenu à se débarrasser.

Parmi les cinq livres d'Amélie Nothomb que j'ai déjà lus, j'ai adoré les deux romans autobiographiques "Stupeur et tremblements" et "Ni d'Eve, ni d'Adam" qui se déroulent au Japon ; j'ai détesté le glauque "Hygiène de l'assassin" ; j'ai aimé "Les Catilinaires" et "Le voyage d'hiver" mais ils ne m'ont pas marqué et ne me donnent pas l'envie de les relire.

VLEROY - - 40 ans - 7 novembre 2010


agréable et délassant 7 étoiles

L’avis : Pour apprécier Nothomb il faut aimer les mots et les écrivains qui n’ont pas peur de s’en servir. Dans les romans d’Amélie l’histoire importe peu mis à part bien sûr dans ses écrits autobiographique c’est surtout un condensé d’idées, une cavalcade de phrases un tout qui donne envie de continuer à tourner les pages. Les personnages son évanescents et dire qu’ils sont emplis d’inconsistance serait un bel oxymore. En bref accompagner l’auteur dans ses délirants voyages aux côtés de ses héros atypiques est un agréable délassement

Elfe191 - - 63 ans - 3 mai 2010


un trip peu commun 9 étoiles

C’est à un trip que nous invite Amélie Nothomb lors de la lecture de son dernier roman. L’atmosphère est glaçante comme l’hiver. Les héros nous donnent froid dans le dos !
Depuis Hygiène de l’assassin en 92, Amélie Nothomb en a sorti 17 autres, un par an, donc en 2009 : Le voyage d’hiver. Si les sources d’inspiration de l’auteure sont connues : des personnages qui frisent la monstruosité ou la vie au Japon, chaque nouveau roman est une découverte. Amélie Nothomb touche le lecteur car elle mêle à l’action des situations autant plausibles qu’improbables mais qui frisent quand même le vécu d’aujourd’hui.
Le narrateur projette de détourner un avion de ligne, mais il n’est ni terroriste, ni un illuminé. Quoique… Comment en arrive-t-il à pareille folie ? Dans l’exercice de son métier, rédiger des contrats de crédits à la consommation d’énergie, il rencontre une romancière. Et alors, tout devient surréaliste. La romancière n’est pas celle à qui l’on pense. La relation ne se déroule pas dans l’optique voulue. L’ambiance tourne à l’hallucinogène. Tout va de guingois.
Même si l’on cachait le nom de l’auteur, on ne pourrait se tromper : Amélie Nothomb est vraiment originale dans sa façon d’écrire. C’est là le fait d’un grand écrivain. En conjugaison, elle ne dédaigne pas le subjonctif imparfait et elle est bien la seule à se risquer au passé surcomposé. Les noms mêmes de ses personnages sont toujours inattendus : Zoïle et Astrolabe ne dérogent pas à la règle, voire Aliénor… De l’inattendu aussi dans l’action, elle se compromet dans des situations délicates où la réprobation ne peut avoir cours puisqu’elle ne franchit pas certaines frontières.

Ddh - Mouscron - 78 ans - 21 mars 2010


Encore une déception ! 1 étoiles

J'attends chaque année le nouveau livre d'Amélie Nothomb et je suis souvent déçu. Enchanté par "Ni d'Eve, ni d'Adam", "Le voyage d'hiver" ne m'a pas transporté !
C'est une sorte de copier coller de ce qu'elle a l'habitude de faire : un personnage en adoration / contemplation devant un autre et une sorte d'observateur léthargique. Un rapport de force qui finit par s'inverser... sans en comprendre vraiment les raisons. La lassitude de l'attente peut-être ? Mais quand on est amoureux, ne peut-on espérer et attendre que l'autre partage un jour ce sentiment ? Et lorsque ce jour arrive pourquoi rejeter cet Amour ? Par vanité ? Non, cela ne tient pas la route... C'est du bis repetita, hélas... tant dans l'histoire, que dans la façon de l'aborder. Seul le dénouement sort de l'ordinaire mais il ne m'a nullement convaincu...

Marsup - - 43 ans - 12 janvier 2010


Fade version de 9-11 5 étoiles

Un type décide de commettre un attentat supposément pour une histoire d’amour vaguement crédible et à peine développée. Il va détourner un avion commercial et le faire écraser sur… je ne vous dis pas quoi. C’est le seul intérêt du bouquin !

Bon, il y a quelques petites choses intéressantes ici et là. L’omniprésence de la lettre ‘A’ et les moments de frivolité. Mais, ce sera vite oublié.

Aaro-Benjamin G. - Montréal - 50 ans - 7 décembre 2009


Sacré Amélie Nothomb 9 étoiles

Elle arrive comme à son habitude à jouer avec cet humour et cette irrationnalité qui lui va si bien.

Kyp - - 26 ans - 4 septembre 2009


Bref 7 étoiles

Deux heures suffiraient pour lire le dernier-né d’Amélie-San. Pour ma part, j’ai choisi de l’ingurgiter à petites bouchées : une quinzaine environ, comme dans la dégustation de sushis. La digestion se déroule bien, je vous remercie. Le thème , le plus récurrent qui soit, l’amour. Mais à la manière d’Amélie ( dois-je préciser ? ). Un amour à trois, agrémenté d’un trip champignonesque. Taqua voir !

Nous sommes dans la lignée des œuvres que je me permets de qualifier de « mineures « ( hardi, le gars ! ). Amélie nous a déjà donné du sublime et nous sommes nombreux à attendre le jour où elle nous offrira une pépite. Que pariez-vous qu’elle l’a déjà dans ses tiroirs, du moins en partie ? Mais comme la mignonne aime à brouiller les pistes et à faire mijoter ses gens, nous devrons être encore un peu patient.

Catinus - Liège - 68 ans - 31 août 2009


vol au dessus d'un nid de coucou 8 étoiles

L'amour peut-il nous faire faire l'impensable ?
Zoile est un homme qui travaille chez EDF.
Il rencontre un "couple" de femmes.
Il tombe amoureux des romans de la première.
Il tombe amoureux de la seconde.
Amélie signe ici un roman très court mais particulièrement efficace. Les réflexions et les hallucinations de Zoile prêtent à penser qu'il est capable du pire par amour.
Moins bon que "Ni d'Eve Ni d'Adam".
Je peux remarquer que la fin du roman est particulièrement maitrisée .
A lire.

Cid Cat - - 32 ans - 30 août 2009