Nana, volume 3
de Ai Yazawa

critiqué par Féline, le 26 mars 2008
(Binche - 42 ans)


La note:  étoiles
Blast renaît de ses cendres
Nana Komatsu et Nana Osaki se rapprochent de plus en plus. Nana K est émerveillée par la puissance de la musique de « Blast », qu’elle a découverte au « concert » improvisé par Nana O et Nobu dans l’euphorie provoquée par l’arrivée surprise de ce dernier à l’appartement 707. Elle décide alors de partir à la recherche de musiciens pour compléter le groupe. C’est ainsi que débarque Shin, un jeune homme de 16 ans, qui deviendra le nouveau guitariste. Et qui fera resurgir l’ombre de Ren dans le cœur de Nana O.
Nana Komatsu, elle, va devoir affronter d’autres problèmes : le magasin dans lequel elle travaille va fermer boutique. Elle va donc devoir se trouver un autre boulot. Accaparée par son amitié avec Nana et sa recherche d’emploi, Nana délaisse Shôji et s’aperçoit trop tard qu’un danger plane sur son couple…

Au fur et à mesure des tomes, le récit gagne en épaisseur et les personnages en consistance. Il devient de plus en plus difficile de lâcher le livre. Les caractères des personnages s’affirment : Nana K. montre de plus en plus son côté irresponsable en se retrouvant à la moitié du mois sans argent. Elle pleure dans les bras de son amie, et espère que celle-ci va lui donner de quoi vivre. C’est sans compter sur le caractère dur de Nana, qui a du vécu derrière et qui va responsabiliser Nana, en la sommant de trouver elle-même une solution. Nana O. demeure un personnage toujours autant mystérieux même si sa fragilité transparaît à certains moments. Dans ce tome, son charisme saute aux yeux du lecteur. Elle retrouve le moral grâce à la reformation de son groupe.

Un excellent manga. Je ne répéterai pas ce que j’ai déjà dit dans mes autres critiques. La qualité du dessin sert vraiment une intrigue efficace, très actuelle.