Le Janitor, Tome 1 : L'Ange de Malte
de Yves Sente (Scénario), François Boucq (Dessin)

critiqué par Le rat des champs, le 7 décembre 2007
( - 69 ans)


La note:  étoiles
Cascades et bagarres pour la gloire de Dieu
"Oh, Madame, quelle chance vous avez d'avoir un si charmant locataire!"

- Oh oui, Madame vous pensez... Un écclésiastique. il est si poli et si gentil... Studieux et si calme, on ne l'entend pas.

Eh oui, il est bien élevé, Vince et il a une fière allure dans sa tenue de clergyman. Mais faut-il se fier aux apparences? Bien sûr que non, vous aurez compris que derrière ce visage se trouvent de sombres secrets. Il y a, nous dit la 4e de couverture, 12 Janitors dans le monde, et dès que l'un disparaît, il doit automatiquement être remplacé. Leur point commun? Ils sont tous des écclésiastiques, plus rompus au combat qu'au missel, et leur instrument de travail n'est pas le crucifix ou le bénitier mais un flingue. Ce sont des super-flics du Vatican, qui travaillent pour la plus grande gloire de Dieu, et justement, les intérêts de l'Eglise sont menacés par une conspiration assez étonnante. Le rythme de l'action est hallucinant: de Rome à l'île de Malte, il y a des cascades automobiles, des duels à l'épée, des fusillades, et surtout, une petite fille qui apparaît mystérieusement pour protéger Vince dans les pires difficultés de sa mission. Qui est-elle? Son ange gardien? C'est bien possible après tout, il est normal que Dieu aide ses ouailles, surtout quand elles dépensent tellement d'énergie pour lui.

Cette bédé est de très bonne facture, on retrouve avec plaisir Yves Sente au scénario,qui ne réussit toutefois pas à égaler sa brillante performance du Comte Skarbek, et le dessin merveilleusement précis et nerveux de François Boucq, un tout tout grand de la bédé. Une très bonne bédé, donc, formatée pour plaire aux amateurs d'action et de conspirations.